Interdiction de Pitbulls dans Sept-Rivières: Un groupe citoyen veut faire changer les règlements

Par 12:00 AM - 16 septembre 2014
Temps de lecture :

Les règlements de gestion des animaux sur le territoire de Sept-Rivières soulèvent la grogne chez plusieurs citoyens. Alors que Port-Cartier a rappelé l’interdiction de certaines races de chiens sur son territoire la semaine dernière, un groupe s’est formé sur Facebook pour dénoncer la législation qu’ils jugent discriminatoire.

Après avoir reçu moins d’une dizaine de plaintes de citoyens disant s’inquiéter de la présence de Bull-Terriers à Port-Cartier, la Ville a cru bon de faire un rappel sur sa réglementation qui est loin d’avoir passé sous silence. Actuellement, le règlement de la municipalité portcartoise stipule que tout chien de race bull-terrier, Staffordshire, american bull-terrier ou american Staffordshire terrier «constitue une nuisance» et est prohibé sur le territoire de Port-Cartier.

«On veut que la Ville change d’idée, c’est carrément de la discrimination. Moi, je me suis déjà fait mordre par un caniche», a lancé Cindy Blackburn, une des administratrices de la page Facebook «Pour la législation des Pitbulls/Bull-Terrier à Sept-Îles/Port-Cartier». En quelques jours, la plateforme a recueilli près de 75 membres. Sa mission est de réunir le plus de gens possible, afin de faire abolir cette règlementation qualifiée de «raciste».

Les initiateurs du mouvement sont d’avis que les Pitbulls et Bull-terrier sont des chiens de compagnie comme les autres. «Il y a un gars, l’autre jour, qui m’a dit qu’il ne sortait pas de chez lui avec son chien, parce qu’il a peur qu’ils viennent lui enlever. C’est pratiquement de l’intimidation rendu là», a-t-elle déploré.

La semaine dernière, la mairesse de Port-Cartier, Violaine Doyle, indiquait que la Ville n’avait pas dans ses plans d’entamer une réflexion sur ce règlement, en vigueur depuis 2004. «Si elle voit qu’il y a six personnes qui font des plaintes contre 2000 personnes qui peut-être se mobilisent pour que ça change, à un moment donné, c’est possible qu’elle sera plus ouverte à réviser sa position», a dit souhaiter Mme Blackburn.

Le groupe entend prendre des actions concrètes sous peu afin de sensibiliser la Ville de Port-Cartier, mais aussi de celle Sept-Îles qui applique également ce type de réglementation. Une pétition sera lancée prochainement et une marche pourrait être organisée. Une lettre demandant la modification du règlement a été envoyée au maire de Sept-Îles, Réjean Porlier. Une demande sera aussi transmise aux élus de Port-Cartier.

Les demandes seront étudiées
Face au mécontentement soulevé par le groupe, la mairesse de Port-Cartier a indiqué qu’aucune demande officielle ne lui avait encore été transmise concernant des opposants au règlement sur la présence de certaines races canines. «Nous allons attendre de voir quelle est leur demande et ensuite, nous en discuterons en commission permanente», a affirmé Violaine Doyle. Pour sa part, Sept-Îles n’a pas retourné nos appels sur le sujet.

(Photo: Le Nord-Côtier)

Partager cet article