Mine Arnaud : Des résidents du canton veulent «donner la chance au coureur»

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 04 septembre 2014
Temps de lecture :

À l’heure où Mine Arnaud complète les études complémentaires de son projet d’exploitation d’une mine d’apatite à ciel ouvert, le Comité de citoyens et des loisirs du canton Arnaud réitère sa position en faveur du projet minier qui sera «bon pour toute la collectivité», assure son président, Jean-Marc Cassista, qui a convoqué la presse, jeudi.

Pour le comité de citoyens favorables à l’aménagement d’une mine dans leur secteur, le projet de Mine Arnaud viendra redynamiser l’économie de toute la ville de Sept-Îles. «On parle d’un projet de 25-30 ans, ça va rehausser la ville, les chômeurs vont travailler (…) les jeunes resteront aussi dans la région», explique M. Cassista, qui dit parler au nom d’au moins 70 résidents du secteur pour le projet.

Le regroupement soutient par ailleurs ne pas être inquiet avec le fait de résider à proximité d’une mine d’apatite. «Il faut donner la chance au coureur», lance-t-il. «Il y aura un comité de suivi (…) ce sera le projet le plus encadré qui soit.» Le résident ne croit pas non plus que les activités de la mine nuiront à la qualité de vie de ses concitoyens.

Processus d’acquisition
Le comité citoyen se dit aussi satisfait du Cadre d’ententes et d’acquisitions proposé par Mine Arnaud aux résidents du secteur. Ce cadre ne fait cependant pas l’unanimité alors que des citoyens revendiquent que le secteur soit divisé en une seule et même zone, plutôt que trois, comme offre la minière. «On a bien compris que ce serait impossible pour Mine Arnaud de faire juste une zone», constate M. Cassista.

Mine Arnaud a accepté cet été de tenir des rencontres avec les deux comités citoyens du secteur, qui ne partagent pas la même opinion sur le projet minier, en vue de modifier l’entente finale. Le 22 août, le promoteur a proposé d’offrir plutôt une compensation collective en récupérant la compensation individuelle de 8000$ versée aux propriétaires de la zone 3.

Le comité de M. Cassista n’a pas manifesté son désaccord avec cette dernière proposition, tandis que le comité de citoyens du canton Arnaud continue de revendiquer une seule délimitation. La porte-parole de ce dernier comité, Karine Bond, expliquait tout récemment que le «lien de confiance» était désormais rompu avec le promoteur, qui «démontre un manque total de transparence et de respect».

Les deux comités ont jusqu’au 9 septembre pour accepter ou rejeter l’amendement proposé par Mine Arnaud, sans quoi la minière adoptera le cadre original, soumis en mars 2014.

Le président du Comité de citoyens et des loisirs du canton Arnaud, Jean-Marc Cassista lors d’un point de presse organisé jeudi. (Photo : Le Nord-Côtier)

Partager cet article