Pointe-Noire : Des appuis pour que Cliffs donne accès à ses rails

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 18 juin 2014
Temps de lecture :

Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, Développement économique Sept-Îles et quatre sociétés minières, dont Mine Arnaud, plaideront devant l’Office des transports du Canada pour que Cliffs Natural Resources donne accès à ses chemins de fer, les seuls qui se rendent jusqu’au quai multiusager, en construction dans le secteur de Pointe-Noire.

Labrador Iron Mines, Tata Steel Minerals Canada et New Millennium, dont les investissements dans le quai totalisent 64 millions $, ont obtenu le statut d’intervenant dans le dossier, ce qui veut dire qu’elles pourront faire valoir leurs arguments devant Ottawa. Ces sociétés mirent d’importants projets d’exploitation dans le Nord-du-Québec et au Labrador.

Leur production transigera du Nord vers Sept-Îles via le chemin de fer de QNS&L, puis devra inévitablement emprunter les voies ferrées privées de Cliffs pour atteindre les installations portuaires. «C’est malheureux et tant que ça dure, bien ça crée de l’incertitude pour tout le monde, surtout chez les investisseurs», soutient le vice-président exécutif du conseil d’administration de New Millennium, Dean Journeaux, dont le projet minier est évalué à plusieurs milliards. «Ça nous inquiète aussi c’est évident.»

Situation préoccupante
L’accès aux chemins de fer est à ce point inquiétant pour le déploiement de projets, que Développement économique Sept-Îles et même Mine Arnaud, qui ne prévoit pas utiliser le quai multiusager, mais qui devra atteindre la Pointe-Noire pour y expédier son apatite, ont revendiqué elles aussi le statut d’intervenant.

«Toute la question d’accessibilité au port pour sortir le minerai est primordiale et nous préoccupe», a fait valoir le directeur des communications de DÉSI, Russel Tremblay. «Il faut que le gouvernement soit conscient que c’est le développement de plusieurs autres projets qui est en péril.»

Le Port de Sept-Îles a dit voir «d’un bon œil» l’implication de tierces parties devant l’Office des transports. Cliffs n’a pour sa part, pas voulu commenter puisque l’affaire est devant «une instance administrative.» Le gouvernement libéral a récemment mandaté le ministre Jacques Daoust pour dénouer l’impasse entourant l’accès au quai multiusager, une infrastructure de classe mondiale de 220 millions $.

Cliffs Natural Resources et le Port de Sept-Îles n’arrivent pas non plus à s’entendre sur la vente de terrains appartenant à la minière qui permettraient de désenclaver la Pointe-Noire. Cette autre affaire se trouve devant les tribunaux depuis juillet 2013.

(Photo : Le Nord-Côtier)

Partager cet article