Les travailleurs de la Côte-Nord lancent un cri du coeur

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 12 mai 2014
Temps de lecture :

Des travailleurs de la construction sans emploi de la FTQ et de la CSN ont manifesté simultanément à Baie-Comeau, Sept-Îles et Havre-Saint-Pierre le 9 mai, pour exiger un retour au travail, en pleine période d’appel de travailleurs sur les grands chantiers.

Ils étaient plus d’une soixantaine à s’être réunis devant le bureau de Marjolain Dufour, à Baie-Comeau, pour lancer leur cri du cœur. «Personne ne travaille sur la Côte-Nord, tout le monde est au chômage. Il y en a que ça fait cinq mois qui n’ont plus rien, ils sont obligés de laisser leur appartement et d’aller vivre chez d’autres. Il n’y a plus rien de drôle et c’est pour ça qu’on est ici ce matin. On veut avoir des nouvelles de la table de concertation. On veut savoir ce qui se passe», a tonné Claude Soucy, porte-parole des manifestants.

Dans la foulée du dépôt du rapport final de la Table régionale sur la main-d’œuvre dans les secteurs industriels et de la construction, le 6 mai, les travailleurs ont exigé des actions concrètes de la part de leur député. Les manifestants en avaient gros sur le cœur, notamment en raison du fly in, fly out et de la présence minime de Nord-Côtiers sur les grands chantiers. Ils ont évoqué à plus d’une reprise la perspective d’actions plus musclées, si la situation ne s’améliore pas rapidement.

«Les gars ont faim. On va s’en aller dans le Nord, tout le monde va embarquer avec nous. Qu’est-ce qui va se passer, vous pensez?» a laissé poindre l’un des manifestants. «On va bouger! Les prisons ne seront jamais assez pleines ici!», s’écriait un deuxième.

À l’écoute
«Votre présence devant mon bureau et celui de Lorraine Richard est la preuve qu’il y a un caractère d’urgence dans le dossier, parce que les chantiers vont être appelés à caller du monde. Je prends en considération l’état d’urgence qu’il y a, puis on va travailler le dossier de manière aussi forte et aussi bien montée que dans les dernières semaines», a assuré M. Dufour devant la foule. Il prévoit rencontre le ministre du Travail Sam Hamad au courant de la semaine afin de souligner l’état d’urgence de la situation et de faire l’exposition des nombreuses recommandations du rapport de la Table.

«J’ai travaillé avec les leaders syndicaux pour mettre la Table en place, on avait un objectif de finir le 2 mai, le rapport a été déposé le 6 mai, alors on fait notre travail», a soutenu le député. Il reste maintenant à savoir comment réagira le gouvernement libéral, mais M. Soucy ne fonde pas trop d’espoir dans le Plan Nord : «Le Plan Nord, je n’ai plus grosse confiance. Ça n’a rien changé la dernière fois, il n’y avait pas de monde de la Côte-Nord. Si personne ne bouge, la prochaine fois ils vont savoir où elle est la Côte-Nord, ça, on peut vous promettre ça. Ils vont voir que les gars de la construction n’ont pas l’habitude de se laisser faire».

Texte: Gabriel Turpin-Crête
Photo: courtoisie

Partager cet article