Quai multiusager : Le Port veut donner l’accès aux rails de Cliffs

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 05 mai 2014
Temps de lecture :

Le Nord-Côtier a appris que le Port de Sept-Îles demande à Ottawa de rendre les installations ferroviaires appartenant à Cliffs Natural Resources dans le secteur de Pointe-Noire, accessibles à tous. L’administration portuaire a récemment déposé une requête à l’Office des transports du Canada pour que les rails de la minière soient désignés «common carrier» pour faciliter l’accès des futurs utilisateurs au quai multiusager.

Avec cette reconnaissance, Cliffs Natural Resources aurait l’obligation de s’entendre avec les usagers qui souhaitent emprunter le chemin de fer, comme c’est le cas par exemple pour le tracé de QNS&L, qui relie le Labrador à Sept-Îles. «C’est dans la suite naturelle de ce qui se passe», a fait valoir la porte-parole du Port, Patsy Keays. «La construction du quai avance et il faut lui donner accès», a-t-elle ajouté.

C’est que cinq nouveaux joueurs miniers, qui lorgnent l’exploitation de projets dans la fosse du Labrador, ont déjà payé la moitié de la facture du futur quai, évaluée à 220 millions $ pour expédier leur production. La plupart des minières prévoient emprunter le chemin de fer de QNS&L du nord jusqu’à Sept-Îles, où elles auront ensuite besoin du tronçon de Cliffs pour se rendre à l’infrastructure portuaire.

Autre problème
Mais ce n’est pas que l’entrée au chemin de fer de Cliffs qui donne des maux de tête au Port de Sept-Îles. Le Port et la minière n’arrivent pas à s’entendre sur la vente de terrains, appartenant au géant américain, toujours dans le secteur de Pointe-Noire. L’affaire se trouve devant les tribunaux depuis juillet 2013.

En février, les parties avaient demandé au tribunal un délai de 90 jours, qui n’aura vraisemblablement pas été suffisant pour en venir à un accord. «Le délai est échu depuis le 26 avril et il n’y a pas eu de demandes de délais supplémentaires», a indiqué Mme Keays.

Pour la suite des procédures, la minière et le Port se refusent à tout commentaire. L’absence d’une entente pourrait également compromettre l’accès au quai multiusager.

Le maire à Cleveland
Le maire de Sept-Îles doit même se rendre au siège social de la minière à Cleveland, cette semaine pour rencontrer deux hauts dirigeants de la société. «Il faut avoir l’heure juste», a lancé Réjean Porlier, qui craint que le litige ralentisse le développement des projets miniers, aux retombées importantes. «Nous n’avons pas beaucoup d’information et les signaux que j’ai, c’est que ce n’est pas en train de s’attacher.»

Le maire Porlier sera accompagné de deux représentants de Développement économique Sept-Îles. La rencontre se tient au même moment qu’un colloque sur l’industrie minière auquel Sept-Îles doit participer.

Cliffs Natural Resources confirme être courant de la requête du Port de Sept-Îles à propos de ses installations ferroviaires, mais explique n’avoir reçu «aucune confirmation qu’un dossier a été ouvert par l’Office des transports», a mentionné la porte-parole, Annie Desrosiers. La société n’émettra pas d’autres commentaires «à ce stade».

(Photo : archives – Le Nord-Côtier)

Partager cet article