Élections 2014: La culture, grande absente de la campagne, selon les conseils régionaux

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 04 avril 2014
Temps de lecture :

À la fin de la campagne électorale, le Réseau des conseils régionaux de la culture du Québec (RCRCQ) invite les partis à se prononcer sur des enjeux culturels. Deux priorités d’intervention sont proposées pour soutenir le développement artistique et culturel dans les régions soit de mettre en place un modèle de financement durable des organismes culturels et des arts vivants et de faire de la citoyenneté culturelle des jeunes un enjeu de société.

Reconnu comme un facteur contribuant à la réussite et à la persévérance scolaire, l’éducation aux arts et à la culture présente de nombreux avantages reconnus par la communauté scientifique et des effets permanents qui se manifestent tout au long de l’existence. Selon le RCRCQ, il est donc important d’exposer les jeunes à la culture, dès un très jeune âge.

Un tel apprentissage étant un élément formateur des citoyens qui les rend plus créatifs et plus aptes à relever des défis de la condition humaine et la vie en société.

Depuis dix ans, on constate, dans l’ensemble du Québec, un certain effritement du financement public en culture. Confronté à un virage vers le numérique, ce secteur économique est confronté à de nombreux défis. La morosité de l’économie étant un facteur qui justifie l’aide de l’État québécois pour assurer la viabilité des organisations et la vitalité des arts vivants.

Le RCRCQ demande donc au parti politique de mettre en place un modèle de financement qui tient compte de l’indexation, ce qui permettrait aux artistes, aux organismes et aux entreprises de survivre dans un tel contexte économique.

Le secteur culturel représente un facteur névralgique de la vitalité des régions du Québec et un moteur économique important, parfois sous-estimé. À la grandeur de la province, il génère plus de 120 000 emplois et contribue à plus de 12,5 milliards du PIB du Québec, selon des données recueillies en 2013.

(Photo : archives – Tam ti delam)

Partager cet article