We are Wolves: Pour une première fois sur la Côte-Nord

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 07 février 2014
Temps de lecture :

Actif depuis près de 15 ans dans le paysage musical alternatif québécois, le groupe We are Wolves effectuera sa première visite officielle sur la Côte-Nord ce week-end, en se produisant le 7 février à 22h au Chivaz Bar et le 8 février à l’Ouvre Boîte Culturel de Baie-Comeau. Reconnue pour son rock lourd à saveur électro, la formation montréalaise s’engage à offrir au public une prestation électrisante et énergique.

Composé de Vincent Lévesque au clavier et à la voix, d’Alexander Ortiz à la guitare et à la basse et de Pierre-Luc Bégin à la batterie, We are Wolves arrive à se démarquer du lot en optant pour un genre musical qui est très peu exploité au Québec. «Nos influences sont vastes, parfois contradictoires. Alex et moi avons grandi en écoutant du rock assez lourd. Rapidement, on s’est intéressé à plusieurs autres genres musicaux, dont le new wave, le new age, le folk et même l’électro. Notre style demeure toutefois rock dans son essence», a précisé Vincent Lévesque.

Depuis sa formation en 2000, le groupe a eu la chance de se produire un peu partout dans l’ensemble du Canada, aux États-Unis et même en Europe. De plus, certaines de leurs chansons ont été utilisées dans des publicités à la télévision. C’est ce qui lui a permis d’amasser un montant suffisant pour leur permettre la production d’un album. Il faut souligner que leur quatrième album, «La mort pop club» a été entièrement autofinancé par les membres du groupe. Un titre qui s’est imposé de lui-même, car la mort est un élément très présent dans l’esthétisme de la formation et même dans son propos.

«On est heureux de venir dans votre région pour une première fois. On y songeait depuis longtemps. Les gens qui nous verront sur scène constateront que nous avons beaucoup d’énergie sur scène. Au total, on présentera près d’une vingtaine de chansons provenant de nos quatre albums. On invite les gens à venir découvrir notre univers musical. C’est le meilleur moyen de le faire», a enchaîné M Lévesque.

(Photo : Jocelyn Michel)

Partager cet article