Souper de la mairesse: De grands projets pour Port-Cartier

Par 12:00 AM - 07 février 2014
Temps de lecture :

Violaine Doyle entend déployer ses efforts sur cinq projets d’envergures pour Port-Cartier. Elle a fait part de sa vision de développement devant les gens d’affaires de la communauté, lors du traditionnel souper de la mairesse, le 4 février.

Il apparaît clair aux yeux de la politicienne que la clé de voûte du développement à Port-Cartier réside dans le quai multifonctionnel. Ce levier de développement économique est peut-être un des éléments qui permettra à la municipalité d’accueillir un nouveau grand projet sur son territoire.

Violaine Doyle souhaite tout mettre en œuvre pour qu’une usine de transformation des matières premières vienne s’établir. «C’est un fait, les matières premières arrivent chez nous et partent de chez nous, c’est incontestable. On veut qu’il se passe quelque chose entre les deux et nous allons nous assurer que ça se fasse en complémentarité avec les entreprises déjà chez nous», a-t-elle fait savoir, en marge du souper de la mairesse organisé par la chambre de commerce de Port-Cartier.

Accompagner les entreprises
L’usine de silicium de FerroAtlantica demeure dans les cartons de la Ville qui a toujours bon espoir d’être l’heureuse élue pour accueillir le projet de 375 millions $. «On ne se limitera pas à FerroAtlantica, tous les projets qui iront dans ce sens-là, nous allons les accueillir et les accompagner», a dit Violaine Doyle, avec optimisme.

D’ailleurs, la Ville compte accompagner les entreprises déjà présentes en ce qui a trait à l’accès à des sources d’énergie qui leur permettent de demeurer rentables, soit les tarifs d’électricité, mais également le gaz naturel. «Pour le gaz naturel, ce sera nécessaire pour eux de se transformer pour y avoir accès. On va avoir besoin que les programmes gouvernementaux deviennent un peu plus ajustés aux besoins de nos entreprises», a-t-elle affirmé.

Rassurer les aînés
Le projet de transformation de l’ancien CLSC en une centaine de logements pour aînés en perte d’autonomie est tombé à l’eau. Plusieurs avaient même déjà réservé leur place au sein de ce projet de JPH International estimé à 12 millions $.

Bien que la première pelletée de terre ait été donnée en 2012, jamais le ruban d’inauguration lui, n’aura été coupé. «On veut rassurer ceux qui ont été un peu déçus», a indiqué Violaine Doyle. Un comité sur lequel siègera la mairesse en compagnie du commissaire industriel de la Ville, Bernard Gauthier, et du directeur du CSSS de Port-Cartier, Daniel Camiré, se penchera sur la question.

La Ville compte élaborer un projet qui convienne parfaitement aux besoins des citoyens avant de le proposer aux différents promoteurs. Il sera notamment question d’identifier plusieurs sites potentiels pour la future résidence tant espérée.

Tournée vers l’avenir
Outre le projet de résidence, un nouveau centre de la petite enfance verra le jour à Port-Cartier, alors que le gouvernement a attribué 80 places au CPE Touchatouille. L’agrandissement du Café-théâtre Graffiti, la mise à niveau des infrastructures d’eau et d’égout à Port-Cartier et le réseau d’eau potable à Pentecôte complètent la liste des grands projets de Port-Cartier.

«Nous sommes une ville d’avenir. Même si on a eu des échecs dans le passé, je pense aux artéfacts qui restent de la compagnie Quebec North Shore, nous sommes quand même fiers de notre passé de forestière… Nous sommes enracinés dans le présent et on s’occupe de notre avenir.»

La mairesse de Port-Cartier, Violaine Doyle. (Photo : archives)

Partager cet article