Vic et Flo ont vu un ours: Pierrette Robitaille montre une autre facette

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 20 janvier 2014
Temps de lecture :

Anne Paradis et Andréanne Roy de l’organisation du Festival du film de Sept-Îles. La 29e édition sera à l’affiche du 24 janvier au 3 février.

Reconnue d’un plus large public surtout pour ses rôles humoristiques, Pierrette Robitaille est la tête d’affiche du film Vic et Flo ont vu un ours du cinéaste Denis Côté, présenté dans le cadre de Ciné7. L’actrice y incarne le rôle principal de victoria, une ex-détenue qui tente de refaire sa vie loin des grands centres, ce qui l’amène à jouer dans un registre dramatique.

«Il faut dire que Denis Côté est très directif. Il sait ce qu’il veut et ce qu’il ne veut pas. Il m’a fourni des notes très précises. J’ai joué en respectant sa vision. Je voulais que le film soit à son image, a commenté Pierrette Robitaille. Il a sa propre signature au cinéma et ça, c’est une richesse. Ça nous brasse comme spectateur. Ces films ne nous cajolent pas et ne disent pas ce qu’on aurait nécessairement envie d’entendre. Il se permet d’oser un peu, comme à la fin du film lorsque les femmes se lèvent et marchent. »

Bien consciente que le film est assez sombre dans son ensemble et peu lumineux, la comédienne croit que ceci se prêtait bien au sujet traité par le cinéaste. «Je reconnais que c’est là un film assez glauque. Le sujet, en lui-même, n’est pas joyeux. On suit deux ex-détenues qui tentent de se réinsérer à la société. On n’a pas idée à quel point la réinsertion est difficile.

Le fait que l’on ne connaît pas le crime commis par Florence nous permet tout de même de présumer qu’elle a purgé une longue peine. Ça nous oblige à la prendre telle qu’elle est», a lancé celle qui confirme ici sa très grande polyvalence sur le plan du jeu.

En plus, l’actrice y voyait là la possibilité d’aller dans une zone de jeu qu’elle a peu exploitée jusqu’à maintenant. Un rôle qu’elle considère comme très riche. «Victoria est une femme qui a été blessée. Elle fait peu confiance aux autres et elle a raison, soutient-elle. Très rapidement, elle se heurte aux jugements des autres. Elle est peu démonstrative. Elle a le contrôle sur ses émotions. On y voit tout de même une panoplie de sentiments.»

Même si elle a interprété de nombreux rôles au théâtre, au petit écran et au grand écran, Pierrette Robitaille confie avoir eu certains doutes quant à sa capacité de bien incarner le rôle de Victoria. «Je suis allée rencontrer une femme qui avait vécu cette expérience. Denis Côté ne la connaissait pas. Je l’ai rencontré pour voir si je pouvais percevoir quoi que ce soit dans ses yeux. J’ai rencontré une femme tellement sympathique. Elle m’a semblé comme toutes les autres. Ça m’a fait prendre conscience que je me devais surtout de chercher la vérité dans le jeu. »

Un impressionnant parcours
Pour le grand public, son rôle le plus marquant est celui de Mme Therrien dans Laura Cadieux, un personnage qu’elle a interprété au cinéma et à la télévision et qui la suit encore. «C’est une dame qu’on aimait beaucoup. Elle était sympathique et naïve. Il était facile de s’attacher à elle», a souligné celle qui a été désignée membre de l’Ordre du Canada en 2011.

Très active au théâtre, la comédienne a effectué une visite dans la région, il y a quelques années, pour y présenter «Shirley Valentine», une production où elle était seule sur scène. Un défi qu’elle avait aussi relevé pour «Pierrette est enchantée» qui combinait la chanson et le jeu. Au cours de 2014, elle sera de la distribution, entre autres, de la pièce «Août – un repas à la campagne».

À l’automne, elle effectuera aussi un retour au petit écran dans une télésérie tournée qui sera diffusée à ICI Radio-Canada Télé, «Toi et moi malgré tout».

La comédienne, Pierrette Robitaille, était l’une des invitées de la 24e édition de Ciné7. Elle en a profité pour faire le plein de cinéma durant sa visite à Sept-Îles. On la voit ici en compagnie de la coordonnatrice du Festival, Kathleen Gagnon. (Photo : Le Nord-Côtier)

Partager cet article