Ciné 7 lève le voile sur sa 24e édition

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 08 janvier 2014
Temps de lecture :

C’est lors d’une conférence de presse que le comité organisateur du Festival de film de Sept-Îles, Ciné7, en a profité pour dévoiler la programmation de sa 24e édition qui se tiendra du 16 au 26 janvier. Près de 35 films seront alors projetés, dont certains hors les murs. Pour le public, ce sera encore là l’occasion de rencontrer certains artisans du septième art.

Les festivités s’ouvriront au Ciné-Centre, le 26 janvier à 19h30, par la présentation du film d’Alain Chartrand, «La maison du pêcheur». Une activité de lancement qui se déroulera en simultanée dans ses trois salles en présence du comédien Benoit Langlais et de l’un de ses scénaristes, Jacques Bérubé.

Un long-métrage racontant le séjour à Gaspé, en 1969, de trois ardents défenseurs de la souveraineté, les frères Rose (Jacques et Paul) et Francis Simard qui ouvriront La Maison du pêcheur, un lieu de rencontre et de débat autour de l’indépendance du Québec. Trois personnes dont l’action politique mènera à leur arrestation en octobre 1970.

Une comédienne très aimée du public et reconnue pour la polyvalence de son jeu, Pierrette Robitaille, participera également au festival. En vedette dans le film «Vic et Flo ont vu un ours», dans lequel elle interprète le rôle de Victoria, une femme en liberté conditionnelle qui s’installe dans la cabane à sucre familiale, loin de l’agitation de la ville.

À la liste des invités s’ajoutent aussi les deux réalisateurs de Québékoisie, Mélanie Carrier et Olivier Higgins qui s’intéressent aux rapports entretenus entre les Blancs et les Autochtones sur la Côte-Nord.

En plus de la présentation du documentaire Québékoisie, le 21 janvier à 19h30, le Cégep de Sept-Îles sera aussi l’hôte d’une soirée court-métrage qui se tiendra le 18 janvier à 20h. Une activité qui comprend la projection des meilleurs courts métrages présentés lors du Festival regard sur le court-métrage du Saguenay et les meilleures productions de la cellule Kino de Sept-Îles. Deux événements gratuits ouverts à tous.

L’élément clé du Festival
La programmation de Ciné7 en est l’élément central. C’est là une responsabilité qui incombe à Pascale Malenfant depuis plusieurs éditions de l’événement. «On commence dès septembre, à faire nos choix. Je suis en contact régulier avec l’Association des cinémas parallèles. Je m’assure de ne pas choisir des films qui sont déjà présentés ailleurs pour ne pas tirer une balle dans le pied de nos partenaires. Par exemple, nous n’avons pas inclus Gabrielle à la programmation puisqu’il était présenté à la Salle Jean-Marc-Dion à la fin du mois», a-t-elle tenu à préciser.

La 24e édition de ce rendez-vous annuel des cinéphiles s’accompagne aussi de quelques nouveautés. «Comme le fait le cinéma, tous les dimanches, on a décidé d’inclure une projection en anglais du film «Dallas Buyers Club» de Jean-Marc Vallée pour faire plaisir à ceux qui préfèrent les films dans leur version originale, enchaîne la responsable de la programmation du Festival.

De plus, nous avons simplifié notre outil web que les gens utilisent pour concevoir leur programmation. Le tout se fait maintenant en un seul clic.»

Quelques films à surveiller
Sur les 35 films présentés au Festival, Pascale Malenfant indique nourrir beaucoup d’attente envers «Fanny» et «Marius», deux longs-métrages qui sont des adaptations d’une œuvre de Marcel Pagnol par Daniel Auteuil. Dans la programmation, on retrouve également «Le démantèlement» de Sébastien Pilote, «L’écume des jours» de Daniel Gondry, «L’Autre Maison» de Mathieu Roy, «La vie d’Adèle» d’Abdellatif Kechiche et «La fille du Martin» de Samuel Thivierge, un jeune cinéaste québécois de la relève.

À cela s’ajoute aussi «Les lions d’or» qui présente les meilleures publicités réalisées à travers le monde.

Lors du Festival, un jury composé de Jeannot Desjardins, Aurélie le Hémass, Michèle Carrier, Fabienne Francoeur, Thérèse Grondin, Mario Noël et Edmond Michaud auront la lourde tâche d’évaluer des films en compétition afin de remettre des prix lors d’une cérémonie qui se déroulera directement au Ciné-Centre de Sept-Îles, le jour de la clôture de l’événement. Plus de détails suivront d’ici peu.

Activités scolaires
En matinée scolaire, les jeunes pourront assister à une projection 2D du film «Sur les traces des dinosaures». Certains élèves du primaire et secondaire auront aussi la chance de participer à des ateliers sur les métiers du cinéma, animé par des formateurs expérimentés soit René Robitaille et François Chamberland. D’une durée de 2h30, cette formation leur proposera un survol de l’histoire du cinéma, leur apprendra certaines notions du langage cinématographiques et leur permettra d’en savoir plus sur les différents métiers qui y sont reliés.

Parmi les nouveautés, cette année, les cinéphiles pourront aussi valider leur choix de film en une seule représentation. Ce qui signifie qu’ils n’ont plus à entendre 24h avant la présentation d’un film pour valider leurs billets. Il est à noter que le film «Quai d’Orsay» a été remplacé par le film «Être Llewin Davis ». Son horaire de projection demeure cependant le même.

Pour obtenir plus d’informations sur la programmation et sur les forfaits offerts, il suffit de consulter son site Internet au www.ciné7.ca.

L’organisation d’un tel événement nécessite l’implication de plusieurs personnes, dont Nicole Tremblay, Michel Neault, Suzanne Côté, Kathleen Gagnon (coordonnatrice), Denis Simard, Pascale Malenfant (responsable de la programmation), Marion Martin, Marlène Gagnon, Denis Gagnon, Daniel Ouellet. Absent sur la photo : Nadia Tremblay, Christina Tanguay, Shanna Stever, Marie-Hélène Mollen, Claire Jomphe, Pier Gilbert et Yves Desrosiers. (Photo : Le Nord-Côtier)

Partager cet article