Un vague de générosité déferle sur le Comptoir alimentaire

Par 12:00 AM - 19 novembre 2013
Temps de lecture :

Face à l’annulation de la guignolée des Chevaliers de Colomb, les Septiliens ont répondu à l’appel à la générosité lancé pour le Comptoir alimentaire, qui a un manque à gagner de 30 000$ à combler pour aider les familles dans le besoin.

L’annonce des Chevaliers de Colomb a eu l’effet d’une bombe sur le Comptoir alimentaire. Le groupe qui avait l’habitude de passer aux portes à l’approche des fêtes, afin d’amasser denrées et dons en argent pour les familles septiliennes démunies, ne pourra pas procéder cette année. C’est un important manque de bénévoles qui a forcé l’annulation de leur traditionnelle guignolée, une source d’approvisionnement majeure pour le Comptoir alimentaire de Sept-Îles.

Le porte-parole du comité organisateur de la Guignolée des médias, Pierre-Claude Vézina, a lancé un cri du cœur aux entreprises, la semaine dernière, sur les ondes du 94,1. «Nous avons un manque à gagner de 350 dindes, alors si une entreprise peut appeler, ça va nous faire plaisir d’envoyer un camion pour aller chercher ces dindes-là», avait-il fait savoir.

Élan de générosité
Dans les jours qui ont suivi, une vague de soutien a déferlé sur le Comptoir alimentaire de Sept-Îles. «Il y a vraiment un gros acte d’amour qui se passe, c’est incroyable», a dit au Journal la directrice de l’organisme, Guylaine Caron. Les bénévoles appellent pour donner leur nom, les dons entrent. Un nouveau lieu de collecte de denrée est même en train de se créer, en collaboration avec le conseil de bande.

Le Centre d’action bénévole met aussi la main à la pâte, en organisant une collecte de jouets et de sucreries. Les employés du Comptoir ont également décidé de faire leur part, en ajoutant aux heures d’ouverture régulières trois samedis de décembre.

L’apport de la guignolée des Chevaliers de Colomb représente environ 30 000$, soit de l’aide pour une centaine de familles. «Si la vague continue comme ça, c’est sûr que le manque à gagner sera absorbé», a affirmé avec enthousiasme Mme Caron. Le Comptoir alimentaire prévoit aider 350 familles en décembre et pour y arriver, il s’est fixé comme objectif de récolter 70 000$.

Demande croissante
Les besoins sont grandissants à Sept-Îles, alors que l’organisme rapporte 200 dépannages supplémentaires annuellement. «Cette année, ça a vraiment fait boum», a lancé Mme Caron. Les nombreuses mises à pied effectuées dans la région ont eu leurs effets. «Des fois, on voit des gens avec des voitures de l’année, mais qui viennent de perdre leur job. Ça prend six semaines avoir du chômage et ils ont trois bouches à nourrir : ça, on en a eu en masse», a mentionné la directrice.

La directrice du Comptoir alimentaire de Sept-Îles, Guylaine Caron. (Photo : Le Nord-Côtier)

Partager cet article