L’AGAM à l’œuvre pour une Minganie prospère

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 24 octobre 2013
Temps de lecture :

En ce début d’octobre, l’Association des gens d’affaires de la Minganie (AGAM) distribuait un bulletin d’information visant à présenter les actions posées par cet organisme au cours des derniers mois, l’état actuel de la situation économique et la «Stratégie Minganie 2020» à l’œuvre depuis peu.

Depuis sa création, en mai 2012, le plan stratégique de l’AGAM, sous la présidence Théoharris Ganas, visait trois axes : développer un rapport de force avec les acteurs économiques régionaux, maximiser les retombées des grands chantiers, implanter un climat propice au développement.

Ce plan stratégique a été traduit par les actions prises pour maximiser les retombées du projet hydro-électrique La Romaine afin de permettre aux travailleurs Minganois et aux entreprises de la région de tirer profit de ce chantier d’importance. Des centaines d’interventions ont ainsi été menées pour s’assurer que ceux-ci obtiennent leur juste part des emplois et des contrats disponibles ou encore puissent vendre leurs biens et services aux divers maîtres d’œuvre du chantier.

Leurs actions ont porté fruit puisque les statistiques d’emploi démontrent que le pourcentage des travailleurs minganois sur le chantier a augmenté. De plus, l’implantation du Centre administratif du complexe hydro-électrique Romaine à Havre-Saint-Pierre doit générer un nombre intéressant d’emplois directs et indirects.

De plus, présente depuis plus de 60 ans sur le territoire, l’activité minière demeure l’épine dorsale de l’économie minganoise. L’AGAM a donc mis l’accent sur le resserrement de la relation d’affaires liant la Minganie à la minière Rio Tinto Fer et Titane (RTFT). En fait, elle cherche à mettre en place les mécanismes et conditions favorables au maintien et à l’optimisation de la contribution de cette importante compagnie au sein de l’économie régionale.

Stratégie Minganie 2020
L’AGAM reconnaît que, depuis 2009, l’économie minganoise profite de la présence de chantiers majeurs menés par Hydro-Québec et Rio Tinto, Fer et Titane. Bien que de tels chantiers génèrent des investissements de plus de 6 milliards $ qui s’échelonneront sur une période de 10 ans, dès 2016, ces sources d’activités économiques connaîtront un ralentissement progressif pour se terminer finalement aux alentours de l’an 2020.

Pour faire face à cette préoccupante situation qui risque de se solder par un retour à un cycle de dévitalisation, l’AGAM élabore depuis plusieurs mois la «Stratégie Minganie 2020». Supportée par plusieurs partenaires, cette stratégie a pour objectif de favoriser la restructuration et la diversification de l’activité économique minganoise.

Elle repose sur plusieurs bases dont : la négociation avec Québec pour l’implantation d’un bloc énergétique en provenance des centrales du complexe hydro-électrique La Romaine visant à permettre l’éclosion d’activités industrielles majeures en Minganie.

«Pour assurer l’avenir économique de la Minganie., il importe que les acteurs et citoyens de la région se posent la question suivante : Sur le plan économique, dans quelle Minganie souhaitons-nous vivre d’ici 7 ans… Une Minganie pauvre ou une Minganie prospère?» déclarait Guy Bouchard, chargé de projet à l’AGAM.

Selon lui, cette question est celle qui est à la base de la «Stratégie Minganie 2020». En la formulant, il invitait les acteurs économiques et sociaux du milieu, et la population en général, à se positionner, sans trop tarder, pour partager la vision de l’AGAM. Vision qui vise à surmonter les enjeux actuels par la mise en œuvre d’initiatives menant à un développement économique durable du territoire de la Minganie, un développement à la hauteur de son potentiel. Questionnement et position également partagés par le nouveau président de l’AGAM, Joël Malec.

Texte: Charlotte Cormier

Partager cet article