Aide de 764 000$ : Le Café-théâtre Graffiti pourra s’agrandir

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 22 octobre 2013
Temps de lecture :

Le 19 octobre, le ministre de la Culture et des Communications, Maka Kotto, et la députée de Duplessis, Lorraine Richard, étaient au Café-théâtre Graffiti de Port-Cartier pour offrir une subvention de 764 500$. Ce montant servira à agrandir la salle de spectacle.

Le coût total de ce chantier est 1,5 million $. La Ville de Port-Cartier et le Café-théâtre Graffiti vont financer la différence. Les dépôts arrières-scènes seront élargis, une section tempérée sera érigée afin de conserver le piano Steinway d’une valeur approximative de 50 000$, la console de son analogique qui a dix ans sera remplacée, les systèmes de communications seront modernisés et il y aura quelques ajouts aux éclairages, la superficie de la loge sera doublée et les locaux administratifs seront agrandis.

«Actuellement, on doit transporter le piano de l’aréna au café-théâtre, à chaque spectacle, ce qui représente à chaque fois, des risques énormes», explique le directeur du Café-théâtre Graffiti, Yves Desrosiers. Cet important instrument deviendra d’ailleurs propriété de la salle de spectacle lorsque les travaux d’agrandissement seront terminés. À ce sujet, une entente entre les Jeunesses musicales du Canada (JMC), à qui le piano appartient, et l’établissement culturel existe déjà depuis cinq ans.

«L’alliance qui existe entre les JMC et le Café-théâtre a été citée en exemple le week-end dernier, lors des rencontres du ROSEQ», dit fièrement M. Desrosiers.

Le projet d’agrandissement est devenu un besoin il y a déjà quelques années, mais ça fait environ cinq ans que la demande en a été faite. «Le gouvernement provincial s’est montré ouvert dès le départ, il faut cependant calculer le délai pour monter le dossier. De plus, d’autres salles de spectacles nord-côtières avaient des besoins plus urgents que les nôtres», indique M. Desrosiers.

Le directeur n’est cependant pas en mesure de dire à quel moment les travaux débuteront. Il croit que ça pourrait être de l’ordre de 6 mois à un an et demi.

Le Café-théâtre Graffiti présente chaque année minimalement 45 spectacles professionnels et enregistre près de 7000 entrées.

L’un des fondateurs du Café-théâtre et membre du conseil d’administration, Stéphan Harvey, la mairesse sortante de Port-Cartier, Laurence Méthot, la députée de Duplessis, Lorraine Richard, et le ministre de la Culture et des Communications, Maka Kotto. (Photo : courtoisie – Bureau de la députée Lorraine Richard)

Partager cet article