Enjeux énergétiques : La région plaide une fois de plus pour le gaz naturel

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 30 septembre 2013
Temps de lecture :

Le milieu économique et environnemental de la Côte-Nord a de nouveau plaidé pour que la région soit desservie au plus vite par le gaz naturel. Cette fois, les acteurs nord-côtiers ont profité de la tribune de la Commission sur les enjeux énergétiques, qui effectue une tournée de consultations publiques dans le but de définir la nouvelle vision du Québec en matière d’énergie. Gaz Métro, qui a participé à la séance de vendredi à Sept-Îles, propose d’approvisionner la région en gaz naturel liquéfié, qui serait transporté par camion.

La Coalition gaz naturel Côte-Nord a été la première à prendre la parole devant les commissaires, Normand Mousseau et Roger Lanoue. «La Côte-Nord est la seule région du Québec, qui n’a pas encore accès au gaz naturel, a déploré le président de la coalition, Serge Lévesque. La venue du gaz naturel contribuerait à la diversification de nos entreprises et nous rendrait moins vulnérables au cours des ressources naturelles.»

M. Lévesque rappelle que la Côte-Nord produit entre autres 35% de l’aluminium du Québec et compte sur son territoire, 31% de la puissance d’Hydro-Québec. La région est également la plus grande consommatrice de mazout lourd de la province. «Le gaz naturel nous permettrait de réduire les coûts de production de nos entreprises, et de protéger davantage notre environnement», a lancé le maire de Sept-Îles, qui a cru bon de faire allusion aux risques liés à l’utilisation du mazout en citant en exemple le déversement de 450 000 litres aux installations de Cliffs, dont 5000 litres ont fui dans la baie de Sept-Îles.

Gaz Métro
La société Gaz Métro, qui a suspendu ce printemps son projet de relier Baie-Comeau, Port-Cartier et Sept-Îles à son gazoduc de Jonquière, a présenté devant la commission une alternative temporaire, qui pourrait bien plaire aux entreprises de la région, celle d’acheminer le gaz par camion vers la Côte-Nord. «C’est une solution intérimaire, qui se fait ailleurs et qui serait un premier déploiement vers la possibilité d’implanter un gazoduc», a expliqué le vice-président de l’entreprise et des énergies renouvelables, Martin Imbleau.

Le projet de gazoduc, suspendu en raison du manque de volume, aurait coûté quelque 750 millions $, selon Gaz Métro. Le transport par camion de gaz naturel liquéfié à partir de Montréal engendrait des coûts beaucoup moindres, mais qui devront néanmoins être soutenus par des engagements fermes d’utilisateurs ou par un appui financier. «C’est la meilleure alternative au gazoduc», a précisé le maire Serge Lévesque, qui est d’avis que les gouvernements doivent participer au montage financier du projet. «Si les paliers gouvernementaux sont prêts, le risque financier pour Gaz Métro serait plus faible.»

La Corporation de développement économique de Port-Cartier, la Conférence régionale des élus de la Côte-Nord, la Chambre de commerce de Sept-Îles, la Ville de Sept-Îles et ses deux corporations ont toutes plaidé en faveur de la venue du gaz naturel sur la Côte-Nord pour solidifier l’économie de la région. «Sans gaz naturel, il y a des projets économiques qui nous échappent, et qui pourraient bien échapper à tout le Québec», a martelé Serge Lévesque.

Lancée en juillet par la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec doit émettre ses recommandations en vue de l’élaboration de la nouvelle politique énergétique, qui sera déposée en 2014.

Aluminerie Alouette
Aluminerie Alouette a présenté un mémoire devant la Commission sur les enjeux énergétiques, qui était de passage à Sept-Îles vendredi. L’entreprise a notamment recommandé que Québec repositionne la tarification électrique des alumineries, le tarif L, dans le premier quartile des coûts encourus par les producteurs, de façon à assurer la compétitivité des alumineries québécoises sur les marchés mondiaux.

Alouette s’est aussi dite en faveur de l’approvisionnement de la région en gaz naturel. L’aluminerie est d’avis que le gouvernement doit placer l’aluminium au cœur de la politique d’électrification des transports et qu’il maximise le métal gris dans la construction d’infrastructures publiques.

PHOTO: Les commissaires, Roger Lanoue et Normand Mousseau, ont écouté les doléances des acteurs nord-côtiers, lors du passage de la commission à Sept-Îles, vendredi. (Photo : Le Nord-Côtier)

Partager cet article