Pour désigner la nouvelle salle de Havre-Saint-Pierre : Le nom de «La shed à morue» ne fait pas l’unanimité

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 13 août 2013
Temps de lecture :

Le 5 août dernier, une dizaine de résidents de Havre-Saint-Pierre se réunissaient au local de la Société historique de l’endroit afin de remettre en question le nom qui circule actuellement pour identifier la nouvelle salle de diffusion, soit «La shed à morue». Les gens présents étaient toutefois unanimes pour signifier leur satisfaction face à la réalisation d’une salle de diffusion de produits culturels digne des années 2000 et représentative de l’évolution sociale et culturelle de Havre-Saint-Pierre.

Les participants, parmi lesquels on retrouvait des membres de la Société historique ainsi que du Comité de spectacle de Havre-Saint-Pierre, ne semblaient apprécier en rien le nom «La shed à morue», qui semble avoir été officieusement choisi par les autorités municipales pour désigner le bâtiment voué à la diffusion d’activités culturelles.

Selon eux, et de l’avis de plusieurs de leurs concitoyens, cette appellation ne convient pas au concept architectural ultramoderne de l’édifice en cours de construction. De plus, il n’est pas du tout représentatif de la culture cayenne, ni du mode vie actuel des résidents de Havre-Saint-Pierre. Effectivement lors de la rencontre, il fut question de multiples remarques formulées ici et là par beaucoup de gens du milieu qui manifestent aussi leur désaccord avec le nom proposé.

Florent Boudreau, président de la Société historique de Havre-Saint-Pierre, assure qu’il n’y a pas vraiment de fondement historique pour justifier le choix de «La shed à morue» pour désigner le nouveau bâtiment en construction. Il estime que pour le projet initial référant à la recapitalisation d’un bâtiment patrimonial, l’ancien hangar à morue sèche, un lien aurait pu être fait en référant aux écrits du poète local Roland Jomphe.

«Dans son livre «Havre-Saint-Pierre – Au détour de marées», M. Jomphe mentionne qu’entre les années 1937 et 1947, le Cercle paroissial du village avait obtenu la permission du Ministère des Pêcheries d’utiliser le hangar à morue sèche, bâtiment inoccupé à cette époque, pour le convertir en salle paroissiale, souligne M. Boudreau. Les veillées de paroisse, les danses à l’occasion des noces, ainsi que la diffusion de petits films silencieux de Charlie Chaplin et autres drôleries se faisaient à cet endroit. La vocation de salle paroissiale de ce fameux bâtiment a cessé avec la construction, à proximité de l’église, d’un nouvel édifice sur deux étages construit en 1947 par la municipalité. Cette salle paroissiale reconvertie en école primaire dans les années 60 fut détruire par les flammes en 1966.

«Quant au hangar à morue, l’un des derniers trésors patrimoniaux du Havre, il a malheureusement été démoli en 2011-2012 malgré l’opposition populaire, enchaîne le président de la Société historique. Par ailleurs, le concept architectural du nouvel édifice qui sera bientôt inauguré ne cadre pas du tout avec celui qui fut jadis utilisé comme lieu de rencontres paroissiales ou culturelles.» Au passage, dans ses écrits, par respect pour sa langue maternelle, le poète Jomphe fait davantage référence au hangar à morue sèche, précisant toutefois que ce bâtiment portait le nom courant de «shed» à morue sèche.

Une pétition en circulation
Dans cette rencontre du 5 août, il a été aussi question de démarches personnelles infructueuses de résidents auprès de fonctionnaires et d’élus municipaux en rapport avec le nom qui circule. Considérant la situation, les citoyens présents ont alors décidé de préparer et de faire circuler une pétition à remettre officiellement aux membres du conseil municipal pour leur demander d’intervenir afin qu’un nom plus acceptable soit attribué à la salle de diffusion attendue depuis des générations.

Dans la pétition, il est recommandé qu’un concours soit lancé par la municipalité de Havre-Saint-Pierre pour inviter les gens de la région à présenter leurs suggestions pour un nom davantage représentatif de la culture locale et qui soit plus évocateur ou représentatif de la vocation du lieu nouvellement construit, tout en tenant compte de son concept architectural.

Nicole Richard ainsi que Florent Boudreau et Guy Côté ont été désignés pour solliciter une entrevue sur les ondes de la radio télévision communautaire pour expliquer la démarche en cours et sensibiliser les gens à signer la pétition. Les initiateurs du projet espèrent obtenir l’assentiment d’un grand nombre de citoyens pour endosser leur démarche ce qui devrait contribuer à influencer une écoute active de la part des autorités municipales.

Photo : L’appellation «La Shed à morue» pour désigner la nouvelle salle de diffusion culturelle de Havre-Saint-Pierre est loin de faire l’unanimité dans le milieu. (Photo Le Nord-Côtier)

Texte : Charlotte Cormier

Partager cet article