L’Alliance Romaine croit en ses chances de stopper la construction

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 06 août 2013
Temps de lecture :

L’Alliance Romaine, qui est un mouvement militantiste existant depuis 2008, a le vent dans les voiles et a l’intention de reproduire d’autres blocus, principalement sur le chemin menant au barrage hydroélectrique de la rivière Romaine. D’autres, actions surprises et pacifiques auront également lieu. Le regroupement promet un été mouvementé.

L’organisation était de passage à Sept-Îles la semaine dernière. Le président de l’Alliance Romaine depuis un an, Christopher Scott était accompagné de deux femmes de la réserve d’Uashat mal Mani-Utenam, Denise Jourdain et la gréviste de la faim, Jeannette Pilot. Enfin, une sympathisante de l’Alliance Romaine, Isabelle Nadeau de Québec, a aussi exprimé son message.

Conséquences des quatre barrages
Sans apporter de données concrètes, M. Scott a argumenté que la rivière allait être asséchée à quatre endroits différents. Plusieurs chutes vont disparaître à cause des travaux, dont celle reliée à la phase 1. «Le taux d’oxygène, de mercure et de nutriments vont diminuer. Il y aura aussi d’autres changements qui auront des répercussions dramatiques sur la rivière», a expliqué M. Scott.

L’embouchure de la rivière Romaine se trouve en face des îles de l’archipel de Mingan. «C’est sûr qu’il y aura un impact environnemental sur ce parc national», a indiqué M. Scott. Les chutes de la rivière sont une barrière naturelle pour le saumon. «Ils vont frayer à ces endroits et si les chutes disparaissent, les prochaines générations de saumon vont mourir.»

Depuis le début de l’été, des membres du mouvement ont accédé au chantier, mais sans y être invités. Les activistes ont pris plusieurs photos, dont celles du tunnel, qui servira de canal de dérivation provisoire de l’eau à la phase 1. Le tunnel qui reliera deux orifices déjà faits dans le roc et à une distance de 500 mètres chacun sur la rive sud de la rivière n’est pas très entamé, selon les dires de l’Alliance Romaine. «Ça nous donne espoir. On a encore du temps devant nous pour faire stopper les travaux.»

Les activistes croient qu’avec la répétition de coups d’éclat surprise, ils réussiront à conscientiser la population du Québec à l’importance de la sauvegarde de la rivière et de ses chutes. «La rivière Romaine est plus importante que les intérêts des compagnies de construction. Le bonheur et la qualité de vie des Nord-Côtiers sont plus importants que l’enrichissement spontané de certaines entreprises privées.» D’ailleurs, l’Alliance propose de transférer l’argent nécessaire à la construction du barrage dans un fonds de diversification national, afin de diversifier l’économie de la Côte-Nord.

Des femmes insatisfaites
De leur côté, les deux femmes autochtones ont profité de la tribune pour demander aux chefs Innus et au chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard de faire cesser les travaux. «Hydro-Québec se donne le privilège de continuer ces travaux sans respecter le message des chefs de plusieurs Nations», ont affirmé Mmes Jourdain et Pilot. Elles ont rappelé que la communauté d’Uashat mak Mani-Utenam a intenté un procès contre la société d’État. Par voie de référendum, la communauté a rejeté à deux reprises en 2011, les ententes négociées entre le gouvernement du Québec, Hydro-Québec et la bande.

L’Alliance Romaine a reproché la vision à court terme de l’ancien gouvernement Charest. L’organisation espérait que le Parti québécois allait arrêter les opérations du chantier à leur arrivée au pouvoir en septembre. Le gouvernement de Pauline Marois est considéré par l’Alliance comme étant divisé et non majoritaire. À l’automne prochain, l’Alliance Romaine participera à la consultation publique sur la politique énergétique tenue par le gouvernement actuel.

Photo : Les deux Innues d’Uashat mak Mani-Utenam, Jeannette Pilot et Denise Jourdain, le président de l’Alliance Romaine, Christopher Scott et Isabelle Nadeau, sympathisante de l’organisme. (Photo : Le Nord-Côtier)

Texte : Dominique Séguin, Journal Le Nord-Côtier

Partager cet article