ITUM ajoute une poursuite contre IOC

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 31 juillet 2013
Temps de lecture :

Le conseil Innu Takuaikan Uashat mak Mani-Utenam (ITUM) entame de nouvelles procédures contre la Compagnie minière IOC, qui violerait selon la bande, les droits des autochtones en exploitant, sans leur consentement, des ressources minérales situées sur les terres ancestrales. La requête déposée le 22 juillet à la Cour fédérale s’ajoute à la poursuite de 900 millions $ soumise en mars avec la communauté de Matimekush – Lac John.

Selon ITUM, la minière IOC chercherait à ouvrir une nouvelle mine, non loin de leurs installations existantes dans l’ouest du Labrador. Pour la communauté, il s’agirait là d’une violation claire des droits des Premières nations et d’une tentative d’IOC de se soustraire à une évaluation environnementale. «IOC est définitivement devenue une compagnie délinquante, a fait valoir le chef de Uashat mak Mani-Utenam, Mike Mckenzie. IOC cherche à réaliser leur nouveau projet à n’importe quel prix, y compris au moyen d’une violation flagrante des lois canadiennes environnementales.»

La bande explique que la compagnie qualifie son nouveau projet minier de «projet d’extraction d’eau souterraine» pour se soumettre à un processus environnemental plus souple. «Ainsi, au lieu d’étudier et de prendre en considération les impacts de la nouvelle mine, entre autres sur le groupe autochtone, l’évaluation environnementale porterait uniquement sur les impacts concernant l’extraction d’eau qui s’infiltre dans le trou de la mine», a ajouté le chef.

ITUM déplore par ailleurs qu’IOC soit la seule minière, qui opère sur le territoire de la communauté, qui n’a pas encore conclu une entente avec les élus autochtones. En mars, ITUM et le conseil de Matimekush-Lac John ont déposé une requête à la Cour supérieure du Québec pour obtenir une injonction contre les projets de la Compagnie minière IOC au Québec et au Labrador. Cette requête était accompagnée d’une demande de compensations de 900 millions $ pour les dommages causés par la minière aux communautés.

Pour sa part, la Compagnie minière IOC, qui ne commentera pas la démarche légale en cours, précise néanmoins qu’elle se soumet à tous les processus règlementaires nécessaires à l’approbation du projet.

(Photo: courtoisie – Compagnie minière IOC)

Partager cet article