Ça saute à Sept-Îles… en hélico!

Par Sylvain Turcotte 12:00 AM - 27 mai 2013
Temps de lecture :

10 000 pieds dans les airs, une vue imprenable sur Sept-Îles, les îles, les lacs, les carrières, et même la Gaspésie et le Bas-Saint-Laurent au loin. L’expérience d’une vie, une hausse d’adrénaline! C’est tout ce qu’offre Parachute Sept-Îles avec des sauts en tandem… en hélicoptère, une sensation incomparable aux sauts à partir d’un avion.

«Il y a une grosse différence entre sauter en hélico et en avion. En avion, il y a la force du vent, en hélicoptère, c’est stationnaire. Tu as l’impression de sauter dans le vide. Il n’y a pas de portes. On saute à 10 000 pieds dans les airs, ça prend dix minutes pour la montée. La vue est capotée, c’est beau Sept-Îles vu d’en haut», lancent Derek Dickson et sa conjointe Dominique Julien, les deux fondateurs de Parachute Sept-Îles. Les premiers sauts ont été réalisés le 19 mai dernier par une belle journée sans vent.

Les deux sont friands de sensations fortes. Dickson, à l’emploi d’Héli-Boréal, la compagnie qui fournit l’hélicoptère, compte plus de 3 000 sauts à son actif, sa conjointe, un peu plus de 150. Le couple, qui est établi à Sept-Îles depuis le début de 2013, se plait à décrire les sensations que procure cette facette du parachutisme à partir d’un hélicoptère. «C’est comme en bungee. C’est le silence complet, tu as l’impression d’être seul au monde», ont-ils renchéri. Dickson et Julien sont également tombés sous le charme des Nord-Côtiers. «Les gens ici sont gentils et accueillants. Ce n’est pas une industrie pour nous, nous voulons prendre le temps de jaser avec le client, avant et après», a mentionné Derek.

« C’est ma vie »
Même si c’est qualifié de sport extrême, les deux fondateurs assurent que la sécurité est primordiale. Parachute Sept-Îles possède de l’équipement neuf et de qualité. «C’est mon business, c’est sur mon dos et c’est ma vie», a indiqué Derek Dickson, qui a travaillé en tant qu’instructeur tandem à Parachute Montréal et Nouvel Air à Montréal, à Skydive Vancouver et Pacific Skydivers en Colombie-Britannique, et à Skydive Extapa et Skydive El Sol au Mexique.

Un « mode » de vie!
Il en coûte 500$ pour vivre cette expérience unique, un coût comparable à ce qui se fait à Montréal à partir d’un avion. En plus du souvenir que la personne garde en mémoire de ce summum d’adrénaline, elle a droit aux photos de son saut. «Les gens nous disent que c’est le plus beau trip de leur vie. Ils ont le sourire pogné dans la face. Tu peux devenir accro à ça, c’est un beau sport, un style de vie, tu oublies tout», a laissé entendre le couple.

Selon les conditions de la météo, il est possible de sauter la fin de semaine de 9h30 à 17h et la semaine sur rendez-vous. Vous devez toujours cependant réserver la veille au 418 409-2957 ou via la page Facebook «Parachute Sept-Iles».

Crédit photo : Parachute Sept-Îles

Partager cet article