Démystifier les préjugés autour de la pauvreté

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 26 mars 2013
Temps de lecture :

Une activité de lutte contre la pauvreté ayant pour titre «Une histoire de pauvreté, une histoire de préjugés» a eu lieu le 21 mars dernier au MOCSI. Cette dernière était organisée conjointement par le Collectif pour un Québec sans pauvreté et Actions Pauvreté Sept-Îles. L’objectif étant alors de sensibiliser la population à l’enjeu de la pauvreté.

Plusieurs ateliers ont eu lieu lors de cette journée de sensibilisation à la pauvreté. Cette dernière a débuté par une activité de mise en situation durant laquelle cinq personnalités du milieu communautaire et politique ont été invitées à balancer le budget d’une personne disposant d’un faible revenu.

Autour d’une même table, on retrouvait alors le conseiller Martial Lévesque, le président de la Commission scolaire du Fer, Rodrigue Vigneault, l’ex-conseillère, Louisette Doiron-Catto, le président des technologues d’Hydro-Québec, Réjean Porlier et le directeur des services sociaux d’Uashat/Maliotenam, Jean Vollant.

«Ce matin, nous sommes en groupe et nous en discutons. Ça ne doit pas s’arrêter là. C’est une thématique dont il faut parler plus souvent, il est important de sortir ce débat du milieu communautaire, enchaîne Louisette Doiron-Catto. Avant de participer à cette activité, je saisissais plus ou moins bien ce que signifiait vivre dans une situation de pauvreté, car je n’avais jamais eu à composer avec une telle situation. J’entretenais aussi certains préjugés.»

Un enjeu important au Québec
Depuis l’automne, le Collectif pour un Québec sans pauvreté effectue une tournée du Québec afin de faire en sorte que l’on réalise l’ampleur du problème de la pauvreté au Québec. Un enjeu important dont on parle peu.

«Il est scandaleux que 750 000 personnes au Québec n’arrivent pas à combler leurs besoins de base comme l’habillement, le logement, la nourriture et les frais de déplacement. Derrière ce scandale, nous constatons aussi un appauvrissement de la population, ce qui contribue à hausser les inégalités sociales. La pauvreté n’a jamais été un sujet sexy. C’est pour ce faire qu’on en parle peu dans les médias », a déclaré son porte-parole, Robin Couture.

Pour Actions Pauvreté Sept-Îles, un tel partenariat s’inscrit tout à fait dans sa mission première qui consiste à sensibiliser la population face à la problématique de la pauvreté. «Nous sommes très heureux de ce partenariat avec le Collectif pour un Québec sans pauvreté. Plus que jamais, il faut que des actions se prennent pour lutter contre la pauvreté, a affirmé la coordonnatrice, Joanie Gaudreault. Nous avons l’intention d’intégrer les résultats obtenus lors de cette journée de sensibilisation dans notre plan d’action.»

Photo: Le Nord-Côtier

Partager cet article