ITUM et Matimekush-Lac John réclament 900 millions à IOC

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 25 mars 2013
Temps de lecture :

Les conseils innus de Uashat mak Mani-Utenam et de Matimekush-Lac John ont déposé le 18 mars une requête à la Cour supérieur du Québec pour obtenir une injonction à l’encontre de la Compagnie minière IOC, qui exploite des infrastructures au Québec et au Labrador. Les bandes réclament pas moins de 900 millions $ à la minière pour les dommages causés depuis les années 50.

«Alors que Rio Tinto [principal actionnaire d’IOC] tient beaucoup à son image de citoyen corporatif modèle et se vante de son engagement auprès des peuples autochtones à travers le monde, les Innus peuvent témoigner que, selon leur expérience, ce ne sont que de belles paroles vides, s’est exclamé le vice-chef d’Innu Takuaikan Uashat mak Mani-Utenam (ITUM), Mike McKenzie, lors d’une conférence de presse organisée à Montréal. Toutes les opérations et activités d’IOC ont eu lieu sans notre consentement et en violation de nos droits.»

M. McKenzie accuse même l’entreprise d’avoir causé le plus de dommages à son peuple, en laissant le plus de «séquelles» sur les terres ancestrales.

Rapprochements vains
«Malgré les tentatives de rapprochement que nous avons initiées, IOC et Rio Tinto continuent à agir de manière irresponsable et irrespectueuse, a dénoncé le chef de Matimekush-Lac John, Réal McKenzie. Nous ne sommes pas opposés à tout développement minier – nous avons conclu des ententes avec d’autres compagnies minières qui recherchaient notre consentement – mais le développement minier ne doit pas violer nos droits. (…) Un équilibre est nécessaire et les pratiques d’IOC sont malheureusement d’une autre époque. Cela doit cesser.»

La Compagnie minière IOC n’a pas commenté la procédure des bandes. ITUM s’est déjà entendu avec les géants ArcelorMittal Mines Canada, Cliffs Natural Resources, New Millennium et Labrador Iron Mines.

(Photo: archives – Le Nord-Côtier)

Partager cet article