Guylaine Tanguay : Une passionnée de country

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 15 février 2013
Temps de lecture :

Le spectacle «Pour l’amour du country», présenté le 20 février à 20h au Centre des arts et le 21 février à 20h à la Salle Jean-Marc-Dion risque fort bien d’être un incontournable pour les amateurs de musique country. Cet événement fort festif sera animé par la chanteuse country, Guylaine Tanguay. Pour l’occasion, elle recevra Louis Bérubé, JC Harrisson et John Starr.

Dès son plus jeune âge, Guylaine Tanguay a eu de l’intérêt pour la musique country. Elle a grandi au son de la famille Daraîche, Renée Martel et Patrick Norman, pour ne nommer que ceux-ci. Le country étant un genre dans lequel, elle se sent bien. «Je me sens dans mes pantoufles, admet-elle. Pour moi, ce genre musical est naturel. J’ai peu de stress avant un spectacle et je n’ai que du plaisir à être sur scène.»

Depuis plusieurs années, la chanteuse country roule sa bosse dans les festivals country. Malgré tout ce succès, elle ne se fixe pas un plan de carrière, car elle a constaté à quel point il est difficile de se faire une place dans l’industrie musicale. C’est ce qui la pousse à faire les choses à sa façon et à considérer le CD comme un outil promotionnel. Selon elle, sa source première de revenu demeure les spectacles qu’elle présente sur scène.

Lors de cet entretien, Guylaine Tanguay s’est dite très heureuse de la vague de popularité obtenue par la musique country au cours des dernières années. «Je suis heureuse de constater que des gens de la pop s’associent au milieu country. Cependant, ce genre musical joue encore très peu dans les radios commerciales. Il est vrai qu’on en parle plus et que cela contribue à briser les mythes. Il reste toutefois encore beaucoup de travail à faire auprès du grand public», affirme-t-elle.

Suite à cette tournée, la chanteuse entend se remettre au travail pour la production d’un album anglophone comprenant des chansons originales. Un projet qu’elle chérit depuis fort longtemps. Cependant, elle n’ose pas encore s’avancer sur une date de sortie puisqu’elle préfère prendre le temps qu’il faut pour le réaliser. «Ce projet d’album en anglais verra bel et bien le jour, lance-t-elle. Je veux toutefois le faire, à ma façon, et je ne souhaite pas m’imposer de contraintes. J’entends présenter les premiers spectacles de cette tournée au Canada anglais.»

Un concept qui a fait ses preuves
L’idée de transposer le concept de l’émission Pour l’amour du country a pris forme alors que Guylaine Tremblay remplaçait son animateur, Patrick Norman. «J’ai pris goût à l’animation. J’avais envie d’être accompagnée d’autres artistes sur scène, avance-t-elle. C’est alors que Carl Bazinet et moi avons songé à adapter ce concept sur scène.»
Sur scène, Guylaine Tanguay a choisi de s’entourer de trois artistes aux personnalités différentes et de deux danseuses, ce qui contribue à apporter une couleur particulière au spectacle. «Ce spectacle est très diversifié.

Chacun des artistes qui y participent a une forte personnalité. Pendant plus de deux heures, nous présentons de grands classiques du country, dont du Hank Williams, Johnny Cash et Patsy Cline. Nous nous attardons aussi à la nouvelle vague de country puisque nous présentons, entre autres, du Shania Twain et du Garth Brooks ainsi que des chansons originales», a-t-elle tenu à préciser.

Selon Guylaine Tanguay, il n’est pas nécessaire d’être un amateur de country pour apprécier ce spectacle. «Si vous aimez le country, vous devez absolument voir ce spectacle, prétend-elle. Je vous garantis que vous allez vous amuser et vivre bien des émotions. Pour ceux qui ne sont pas des adeptes, je vous invite tout de même à vous joindre à nous, car ce sera là un gros party à saveur country. Je demeure convaincue que vous y trouverez votre compte.»

Dans «Pour l’amour du country», la chanteuse Guylaine Tanguay agira comme animatrice et recevra Louis Bérubé, JC Harrisson et John Starr. Des artistes country ayant un univers musical fort différent. (Photo :Louisétiennedoré.com)

Partager cet article