Projet hydroélectrique de la Romaine : La grogne monte en Minganie

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 13 novembre 2012
Temps de lecture :

L’Association des gens d’affaires de la Minganie (AGAM), les communautés innues et la population non autochtone unissent leur voix pour faire valoir leur désaccord concernant le déroulement du projet de barrage hydroélectrique par Hydro-Québec sur la rivière Romaine.

Depuis plusieurs mois, l’AGAM se bat pour que les gens d’affaires de la région obtiennent leur part de retombées économiques en lien avec le chantier Romaine. Les entrepreneurs s’offusquent qu’Hydro-Québec ait finalement décidé de ne pas installer le quartier général du complexe hydroélectrique à Havre-Saint-Pierre. Ce revirement de situation est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

«Il y a eu un engagement d’installer le quartier général à Havre-Saint-Pierre par Hydro lors de la grande campagne de sensibilisation pour le projet à l’époque. Ce sont ces engagements qui ont convaincu la Minganie d’accepter le projet», s’est exclamé le chargé de projet de l’AGAM, Guy Bouchard.

Pour le président de l’association, Théoharris Ganas, si les 110 emplois promis par la société d’État ne sont pas mis en place, alors il estime que le projet n’aura plus l’acceptabilité sociale. Il soutient par ailleurs que seule l’installation du quartier général à Havre-Saint-Pierre peut amener des travailleurs à s’installer en Minganie et éviter le fly in- fly out.

Impatience
Pour les gens d’affaires, le temps est compté. L’entrepreneur innu Joël Malec ne comprend pas que le projet ne bénéficie pas aux personnes de la région. «Ça n’a pas de sens, que ça ne soit pas actuellement le plein emploi en Minganie, dont dans nos communautés innues, alors qu’il se dépense plus de 60 millions $ par mois dans un chantier se déroulant chez nous», s’est-il offusqué. Ainsi, pour faire valoir leur mécontentement, les entrepreneurs et la population de la Minganie ont organisé une grande manifestation mardi au km 1 de la route du chantier de la Romaine.

Au même moment où les entrepreneurs de la région grognent contre le chantier de la Romaine, les enquêteurs de la commission Charbonneau s’intéresseraient de près à ce dossier. Cependant, à part des rumeurs, aucune information plus précise n’a pu être obtenue.

De son côté la responsable avec les médias d’Hydro-Québec. Marie-Élaine Devaux, a fait savoir que la société ne ferait pas de commentaires sur le sujet de l’installation de quartier général à Havre-Saint-Pierre et qu’elle ne négociera pas de ce dossier sur la place publique.

L’entrepreneur Joël Malec aux côtés du président de l’AGAM, Théoarris Ganas (Photo – AGAM)

Partager cet article