Émile Proulx-Cloutier ajoute une corde à son arc

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 12 septembre 2012
Temps de lecture :

Peu de gens savent encore qu’Émile Proulx-Cloutier espère faire carrière dans le milieu musical puisqu’il s’est surtout fait connaître jusqu’à maintenant à titre de comédien au petit écran. Toutefois, un simple regard à son parcours démontre bien qu’il est un artiste polyvalent. C’est donc une autre facette de lui qu’il dévoilera au public du Café-théâtre Graffiti de Port-Cartier, le 15 septembre à 20h30.

Pour ceux qui l’ignorent, Émile Proulx-Cloutier est le fils de Raymond Cloutier et de Danielle Proulx, tous deux comédiens. Un métier qu’il a lui aussi choisi puisqu’on l’a remarqué, entre autres, dans le rôle de Damien Paquin dans «Les hauts et les bas de Sophie Paquin» et plus récemment dans celui de Maxime Cadieux dans la télésérie «Toute la vérité», qui obtient un immense succès sur les ondes de TVA. Il a aussi pris part à plusieurs films québécois, autant à titre de réalisateur que comédien. À cet effet, il vient de compléter le tournage de «L’autre maison», un long métrage d’un jeune cinéaste, Mathieu Roy, et qui met en vedette Marcel Sabourin et Roy Dupuis.

Malgré ce parcours, Émile Proulx-Cloutier a toujours alimenté son intérêt pour la musique. En effet, il joue du piano depuis sa tendre enfance et a déjà fait partie des Petits chanteurs du Mont-Royal. C’est toutefois l’envie de présenter ses écrits devant public qui l’a incité à prendre part au Festival en chanson de Petite-Vallée en 2011. Sa prestation n’est pas passée inaperçue puisqu’il a alors remporté sept prix, dont celui du public.

«J’adore jouer de la musique et interpréter un texte. La chanson est donc le véhicule parfait parce qu’elle permet aux gens de se forger leurs propres images. Je m’y sens libre. J’en suis l’unique responsable, car je la signe en entier. Le texte y est toujours mis à l’avant et la mélodie est à son service. Je n’ai donc pas un style défini puisque c’est l’histoire qui l’impose, souligne Émile. Une chose est certaine, je constate que les gens ont soif de mots et que ceux-ci prennent un grand plaisir à découvrir mes textes en spectacles.»

«Je me sens privilégié d’avoir la chance de faire une pré-tournée d’au moins 20 dates cet automne, poursuit l’artiste. Une supplémentaire a même été ajoutée à Longueuil cet hiver. Je vais également participer, le 6 novembre prochain, à l’événement Coup de cœur francophone. J’ai donc choisi d’avoir le même parcours qu’un artiste de la relève et je n’entends pas profiter de ma notoriété. Je me sens beaucoup plus à l’aise en le faisant de cette façon.»

Les mots à l’honneur
Émile Proulx-Cloutier offrira donc au Graffiti une prestation intimiste dans laquelle les mots seront à l’honneur. «Je veux ça simple et riche. Il y a de la sueur dans ce que je chante. Je travaille aussi beaucoup le lien entre mes chansons. Je peux être à la fois très drôle et aussi très désespéré. J’espère vraiment que les gens pourront se développer un film dans leurs têtes lorsqu’ils feront l’écoute de ma musique», avoue-t-il sur le ton de la confidence.

Dans son spectacle, «Les chansons cachées», il y présentera quinze de ses compositions. Pour l’occasion, il sera accompagné de Mathieu Désy (contrebasse, basse électrique et l’ordinateur) et de Guy Kaye (guitares). Quant à lui, Proulx-Cloutier sera derrière le piano, un instrument qu’il maîtrise à merveille. Sur Internet, il est possible de visionner la prestation qu’il a offerte, en avril dernier, à l’émission «Pénélope» diffusée sur les ondes de Radio-Canada. Cela pourrait vous convaincre de le découvrir sur scène, car il s’y investit pleinement.

Le comédien-réalisateur dévoilera une autre facette de son talent en se présentant au Café-Théâtre Graffiti, le 15 septembre à 20h30, à titre d’auteur-compositeur-interprète

Partager cet article