Projet de loi C-38: La CSN dénonce à l’unisson dans l’Est

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 10 juillet 2012
Temps de lecture :

Pour la première fois dans l’histoire de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) de l’Est-du-Québec, les trois présidences des conseils centraux se réunissent pour s’opposer à la loi C-38 sur la réforme de l’assurance-emploi et font circuler une pétition de contestation.

De par cette pétition, les CSN de la Côte-Nord, du Bas-St-Laurent, de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine veulent faire valoir leur mécontentement à l’égard des dispositions législatives contenues dans le projet de loi C-38. Ils se dressent notamment contre le pouvoir de définition par le gouvernement des termes «d’emploi convenable» et de «démarche habituelle et raisonnable pour trouver un emploi». Ils s’opposent également à la création d’un tribunal de sécurité sociale.

Une loi jugée défavorable pour les travailleurs
Les syndicats estiment notamment que les nouvelles dispositions n’amélioreraient pas l’accessibilité à l’assurance-emploi, ni la concordance entre les compétences des travailleurs et les postes vacants. Ils craignent également que les mesures adoptées pénalisent particulièrement les travailleurs saisonniers et provoquent une pression économique.

«Pourquoi les employeurs offriraient un salaire décent aux travailleurs, si une personne au chômage est obligée d’accepter un salaire équivalent à 70 % de leur salaire honoraire antérieur. Nous allons à l’encontre de toute logique de développement régional», s’est exclamé Jean Lacharité, vice-président de la CSN.

Concernant le nombre de signatures à récolter pour la pétition, le vice-président explique ne pas avoir fixé d’objectif en particulier, sauf celui de rejoindre le plus de personnes possible. «Nous avons bon espoir que ça aille bon train, nous souhaitons mobiliser un maximum de citoyens pour faire comprendre au gouvernement que nous ne sommes pas d’accord. Nous allons aussi contacter les MRC afin qu’elles s’investissent à nos côtés», a-t-il déclaré.

Le député fédéral réservé
Bien qu’opposé au projet de loi C-38, le député néo-démocrate Jonathan Genest-Jourdain se contentera de suivre l’action de sa famille politique concernant les dispositions relatives à l’assurance emploi et la sécurité vieillesse. Il explique qu’il s’impliquera cependant pour supporter l’affirmation citoyenne et précise avoir fait plusieurs interventions avec des membres de son parti sur la question.

«Je suivrai la masse, mais je n’en ferai pas mon cheval de bataille, car je ne suis pas spécialiste sur ce sujet. Il y a beaucoup de subtilité et il vaut mieux que les spécialistes de ce domaine s’en occupent», a-t-il expliqué.

Partager cet article