Mine Arnaud: Des citoyens inquiets de la position du maire

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 29 juin 2012
Temps de lecture :

Le dossier de la Mine Arnaud était de nouveau au cœur des préoccupations des citoyens lors de la dernière séance régulière du conseil municipal de Sept-Îles. Plusieurs citoyens se sont montrés sceptiques sur la position de neutralité que dit adopter le maire Serge Lévesque à l’égard du projet.

«Sept-Îles n’est pas le porte-drapeau du projet de Mine Arnaud, mais la ville ne prendra pas non plus la direction d’une parade pour s’y opposer», a déclaré Serge Lévesque à propos du controversé projet de mine d’apatite. Il a cependant estimé qu’il s’agissait d’un beau projet nécessaire à la ville, particulièrement sur le plan économique. Cette déclaration a fait ricaner l’assistance qui reproche au maire sa prise de partie pour Mine Arnaud.

Préoccupations
Ce qui inquiète le plus les citoyens, c’est l’absence de garantie au cas où l’installation de la mine aurait des impacts sur l’environnement. « La ville peut-elle s’assurer que nous serons en sécurité ou que nous serons relocalisés en cas d’affaissement des sols ou de glissement des terrains ?», a demandé Marjolaine Bezeau, une riveraine du Canton Arnaud qui se retrouvera près de la mine advenant son ouverture.

De son côté, Serge Lévesque a précisé que s’il y avait un quelconque danger pour la sécurité ou la santé des administrés, le projet serait arrêté. Le maire déclare être conscient des inquiétudes autour du projet de Mine Arnaud. «Je ne prétends pas qu’il n’y a pas de risques, moi aussi j’ai des inquiétudes, mais j’accorde toute ma confiance à l’équipe d’experts et je m’en remets aux recommandations du BAPE», a-t-il lancé.

Deux autres citoyens de la ville ont profité de cette séance pour demander à ce que la ville transmette davantage d’information aux citoyens. Le militant Marc Fafard, membre fondateur du tout nouveau parti provincial Coalition pour la Constituante, a notamment déclaré que Sept-Îles «est un facilitateur pour l’industrie, mais pas pour les citoyens».

Pour sa part, l’homme d’affaires Yves Perron a souhaité sensibiliser l’assistance à la nécessité de s’informer le plus possible sur le projet.

(Photo : archives – Le Nord-Côtier)

Partager cet article