Alliance Romaine: Le canot cherche une rivière

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 29 juin 2012
Temps de lecture :

Alliance Romaine a de nouveau manifesté son mécontentement contre la construction du complexe hydro-électrique de la rivière Romaine en organisant une opération de portage de canot. Le responsable de l’évènement, Christopher Scott, est fier de la mobilisation.

Une trentaine de sympathisants de l’association se sont relayés toute la semaine dernière, pour porter des canots et parcourir la distance de 80 kilomètres qui sépare les rivières Romaine et Magpie. Pour illustrer leur cause, les «portageurs» sont partis à la recherche symbolique d’une rivière n’ayant pas été dénaturée par des projets hydroélectriques.

Pour l’occasion, les canotiers ont habillé leur embarcation de bannières, sur lesquelles trônaient des slogans tels que «Stop au barrage» et «Où s’en vont nos rivières?».

«Des personnes de Québec, de Sept-Îles et de Montréal ont fait le trajet pour participer au portage. Les gens sont enthousiastes et les véhicules qui passent klaxonnent pour nous témoigner leur soutien», s’est réjoui Christopher Scott. «L’objectif de notre démarche est de donner une visibilité à nos actions. À cause du projet Plan Nord, nos rivières sont menacées».

Revendications et critiques
Le groupe Alliance Romaine critique notamment la surexploitation des rivières de la province à des fins hydroélectriques. «Un barrage ce n’est pas catastrophique, mais les projets se multiplient et les rivières sont toutes dénaturées, il y a des impacts sur l’environnement. C’est toute l’économie locale qui est menacée, l’écoforesterie, le tourisme ou encore la pêche», a déploré M. Scott.

L’association souhaite que les subventions accordées aux grandes entreprises énergétiques cessent. Elle réclame un statut d’aire protégée pour la rivière Magpie. Elle demande également un moratoire à la construction de barrages sur la rivière Romaine et aux éventuels projets sur les rivières Magpie et Petit Mécatina.

Christopher Scott critique également l’attitude d’Hydro-Québec. «Le problème, c’est que la société n’annonce pas à l’avance ses projets. Elle signe d’abord les contrats et ensuite c’est trop tard pour que les citoyens puissent faire valoir leur point de vue», s’est-il exclamé. Il précise que l’association n’a jamais reçu de réaction du gouvernement ou d’Hydro-Québec à l’égard de leurs actions. «Ils font la sourde oreille», s’est-il exclamé.

Hydro-Québec réagit
Sandra Chiasson, conseillère en relation avec le milieu pour la région chez Hydro-Québec, déclare ne pas avoir été informée de l’action d’Alliance Romaine. «Nous avons appris l’opération de portage par l’intermédiaire des médias, nous ne souhaitons pas commenter cet évènement, les gens sont libres de manifester», a-t-elle expliqué.

Mme Chiasson a par ailleurs précisé qu’Hydro-Québec avait tenu des audiences publiques concernant le dossier de construction de barrage sur la rivière Romaine. «Il y a plusieurs rencontres qui ont été organisées, les citoyens ont eu la possibilité de s’exprimer et de déposer des mémoires. La majorité des personnes étaient d’ailleurs pour le projet», a-t-elle déclaré.

Pour ces prochaines actions, Alliance Romaine reste évasive. «Peut-être qu’un jour nous porterons nos canots jusqu’au siège social d’Hydro-Québec à Montréal, nous avons une belle équipe qui est prête à se mobiliser», a conclu le responsable du groupement.

Les porteurs de canots à la recherche d’une rivière sur la route 138. (Photo : Alliance Romaine)

Partager cet article