Briand, Côté, Gilbert et Skelling; quatre hommes marquants!

Par Sylvain Turcotte 12:00 AM - 22 juin 2012
Temps de lecture :

Il vient un temps où l’heure de la retraite s’annonce. Les derniers mois ont sonné le départ de quelques piliers qui ont marqué l’enseignement en éducation physique au primaire ou l’animation à la vie étudiante et aux sports. Après Émilien Skelling en janvier 2011, Laurent Côté en juin 2011, la fin de l’année scolaire 2011-2012 a signifié la fin du boulot pour Gilles Briand et Pier Gilbert. Les quatre hommes ont laissé leurs marques et conserveront de merveilleux souvenirs.

La complicité entre les quatre hommes, de fidèles comparses, s’est fait sentir tout au long de l’entretien. Un souvenir en amenait un autre. Tout à fait légitime pour ses quatre personnalités, après plus de 30 ans dans le milieu étudiant, l’enseignement en éducation physique pour Émilien Skelling et Gilles Briand, et l’animation à la vie étudiante et le sport étudiant pour Laurent Côté et Pier Gilbert.

M. Skelling n’aura «connu» que l’école Gamache, là où il aura fait son primaire et son secondaire. M. Briand aura quant à lui fait le tour de toutes les écoles primaires francophones de Sept-Îles, concluant à l’école Marie-Immaculée. Laurent Côté aura marqué le Centre éducatif l’Abri de Port-Cartier et Pier Gilbert, le Cégep de Sept-Îles.

Pluie de souvenirs
Les souvenirs pleuvent après plus de 30 ans de métier. «Les voyages en Europe avec les étudiants sont de beaux moments, de beaux souvenirs, et pour la culture personnelle. Tu pars deux semaines avec les étudiants, ça crée des liens», a souligné Laurent Côté. Les bals de finissants, qui auront pris une plus grande ampleur, une plus grande implication des étudiants sous son ère et les Jeux du Québec décentralisés au milieu des années 90 auront également laissé leurs traces.

Pour Pier Gilbert, ce sont les Galas de lutte qu’il aura mis sur pied, l’exposition intercollégiale d’arts plastiques et les quelques années (milieu des années 80) des Voyageurs en hockey masculin qui resteront notamment gravés. «Nous n’avions pas une équipe gagnante au hockey, mais il y avait toujours entre 1 200 et 1 500 personnes dans l’aréna, même le dimanche après-midi», a évoqué l’homme bien connu sous le sobriquet de Gros Pier, fier, avec raison, d’avoir mis sur pied le sport étudiant au Cégep de Sept-Îles.

La réussite en cross-country
«Quand un jeune sort du cours et qu’il te dit qu’il a hâte de revenir, tu peux penser que tu as bien accompli ta job», a mentionné M. Skelling, qui conservera aussi en souvenirs les quelque 50 bannières remportées en parascolaire par ses élèves, que ce soit en cross-country, en athlétisme ou au badminton et les nombreux voyages pour les compétitions.

L’homme d’une seule école a d’ailleurs souligné que trois des jeunes qu’il a entraînés ont décroché l’or en championnat provincial de cross-country, soit Sara Gagnon-Chénier, Julie-Anne Train et Marie-Pier Primard. M. Skelling aura influencé au moins deux personnes, qui occupent aujourd’hui le métier d’enseignant en éducation physique, soit Gagnon-Chénier et Lucie Boudreau.

Pour Gilles Briand, les souvenirs sont dans la même lignée qu’Émilien Skelling. «C’est la dynamique et la complicité, les voyages. C’est aussi un cadeau quand un jeune qui a débuté le badminton en troisième année et qu’il en fait encore rendu en secondaire 5, même s’il ne gagne pas de médailles», a-t-il souligné. De par son implication dans le Réseau du sport étudiant du Québec – Côte-Nord (huit ans comme président), il a d’ailleurs pu vivre le Grand Défi Pierre Lavoie en 2011.

Briand et Skelling ont d’ailleurs mis en place le programme de cross-country local. Ils auront enchaîné avec le badminton inter-écoles et le mini-basket. Les deux comparses se sont également rappelé une compétition de cross-country, alors que le provincial se déroulait bien moins loin que le régional, soit à Baie-Comeau pour la première étape et à Fermont pour la seconde.

Serein
Les quatre nouveaux retraités ont été unanimes, ce qui leur manquera le plus de ce qui a accaparé les trente quelques dernières années, ce sont les contacts avec les étudiants. Ils quittent sereins le milieu qui leur aura laissé des moments mémorables, permis d’y aller de projets et de défis enlevants. «Ce qu’on peut retenir, c’est qu’on a sûrement influencé plusieurs jeunes par nos implications. La relève est là. Elle doit s’impliquer, aider les jeunes à faire autre chose que l’éducation physique, ne pas compter les heures, avoir de la persévérance et se créer un réseau», a résumé le quatuor.

En mon nom personnel, je souhaite la plus belle des retraites à ces quatre hommes que j’ai eu le bonheur de côtoyer! Pour les oubliés qui auront pris leur retraite dans les derniers jours ou les derniers mois, vous pouvez également partir la tête haute, avec le sentiment du devoir accompli!

Quatre hommes; Laurent Côté, Émilien Skelling, Gilles Briand et Pier Gilbert, qui ont marqué le milieu étudiant, que ce soit par l’enseignement de l’éducation physique, l’animation à la vie étudiante et le sport étudiant.

Partager cet article