Route 389: Québec retient cinq mandataires de Baie-Comeau

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 11 mai 2012
Temps de lecture :

Cinq soumissionnaires possédant une adresse d’affaires à Baie-Comeau ont été retenus dans le cadre de l’appel d’offres du ministère des Transports du Québec pour la réalisation du Programme d’amélioration de la route 389.

Le Consortium Roche–TDA a été sélectionné pour réaliser le nouveau tracé entre Fire Lake et Fermont. Dessau/Cegertec/LVM a obtenu le projet situé entre Baie-Comeau et Manic-2, tandis que BPR/AXOR effectuera la réfection majeure de la route du secteur sinueux, entre les points kilométriques 240 et 254. SNC-Lavalin corrigera les courbes entre Manic-2 et le nord de Manic-3, alors que Genivar sera chargée de la correction de courbes entre le nord de Manic-3 et Manic-5.

Pour la firme TDA, seule des cinq soumissionnaires retenus à avoir son siège social à Baie-Comeau, ce contrat est très intéressant. «C’est toujours agréable d’obtenir un contrat comme celui-là. C’est du travail pour nous, pour les cinq à 10 prochaines années», a commenté le vice-président et directeur général du Groupe conseil TDA, Jacques Parent.

L’entreprise, qui a soumissionné en consortium avec Roche, l’un de ses actionnaires minoritaires, a obtenu le deuxième plus gros contrat en termes de coûts. «Cela nous permet de nous mesurer aux grandes firmes du Québec. Sur ces appels d’offres, le gouvernement classe les compagnies selon des critères et celle qui se classe première obtient le plus gros contrat, et ainsi de suite», explique M. Parent.

Réalisation des projets
Le programme d’amélioration de la route 389 avait été divisé en cinq projets pour en faciliter la gestion. Ainsi, chacune des firmes sélectionnées est responsable d’un seul projet. Chaque entreprise aura pour mandat de mener à bien l’ensemble des activités nécessaires à la réalisation de son dossier, soit les études d’opportunité, les avant-projets, l’arpentage, les plans et devis de route et de structures, l’ingénierie des sols et des matériaux ainsi que les études d’impact en environnement.

«Il faudra déterminer les meilleurs tracés, notamment en fonction des études de sols, pour trouver un tracé répondant aux normes du ministère à un coût le plus faible possible», mentionne Jacques Parent. Le ministère des Transports et la firme AECOM, par le biais d’un Groupe de gestion intégré, effectuent le suivi de la gestion de tous les projets.

Rappelons que, de 2011 à 2014, le début de la conception des projets, les avant-projets préliminaires et définitifs ainsi que les plans et devis devraient être réalisés. Un appel d’offres sera aussi lancé pour la surveillance des contrats de construction. Des travaux de terrain de moindre envergure devraient également débuter durant ces années.

Les travaux de construction s’échelonneront de 2015 à 2021. Les entreprises nord-côtières pourront aussi soumissionner sur les contrats, qui seront de différentes envergures.

(Photo : Archives Le Manic)
Texte: Karine Boivin-Forcier

Partager cet article