Pêche et aquaculture : Merinov s’installe au Cégep de Sept-Îles

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 24 avril 2012
Temps de lecture :

Le Centre d’innovation de l’aquaculture et des pêches, Merinov, aménagera ses bureaux dans le pavillon ArcelorMittal Mines Canada du Cégep de Sept-Îles. L’entente permettra à l’entreprise de bonifier son offre de service dans la région, tout en facilitant le maillage avec le collège en vue de développer la recherche dans le secteur et l’implantation de nouveaux projets.

Merinov, qui avait pignon sur rue dans les bureaux du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), espère en déménageant dans des locaux beaucoup plus adaptés, développer les services offerts à l’industrie des pêches et de l’aquaculture de la Côte-Nord. L’entente avec le Cégep prévoit notamment l’utilisation de locaux, mais aussi de laboratoires.

«L’installation de l’équipe Merinov au cœur du Cégep, dans un environnement d’enseignement et de recherche, va faciliter le développement de nouveaux projets», a fait savoir le directeur général, Patrice Element. C’est que Merinov planche sur des projets pour développer de nouvelles pêcheries, comme le concombre de mer, ou de nouvelles zones et méthodes de pêche pour des espèces plus traditionnelles telles que le buccin et le maquereau.

«En mariculture, la diversification vers les algues devrait compléter les projets visant à optimiser les cultures déjà en place de moules et de pétoncles.»

Nouvelle synergie
Le Collège aura également tout à gagner de ce nouveau partenariat, selon le directeur général de l’établissement, Donald Bhérer, qui s’est dit particulièrement heureux de participer au développement des services de Merinov sur la Côte-Nord. «On parle beaucoup du domaine minier et métallurgique, mais au-delà de ces activités, le pêche et l’aquaculture contribuent à la diversification de l’économie de la région», a-t-il exprimé.

Par ailleurs, le Cégep espère être en mesure d’intervenir efficacement dans le secteur d’activité de Merinov par l’entremise de son Institut technologique de maintenance industrielle. «L’entente constitue une contribution à l’un des créneaux du Programme institutionnel de recherche du Cégep, soit l’activité maritime dans la zone Sept-Îles-Port-Cartier. La conclusion de partenariats est donc pour le Cégep de Sept-Îles une voie privilégiée pour assurer son développement», a ajouté M. Bhérer.
Le milieu se réjouit

Pour le milieu des pêches et de l’aquaculture de la Côte-Nord, la bonification des services de Merinov dans la région est accueillie d’un bon œil. «On souhaite offrir une complémentarité aux autres régions, offrir ce que les autres, comme la Gaspésie ou le Bas-Saint-Laurent, n’ont pas», a expliqué le président du Conseil de l’industrie des pêches et de l’aquaculture de la Côte-Nord, Tony Wright.

Selon lui, la région possède un avantage en matière d’expertise de maintenance industrielle et d’ingénierie. «Ça va permettre de catalyser les nouvelles idées et d’avoir un bassin de chercheurs ici», a-t-il renchéri.

La propriétaire de la Ferme maricole Purmer, Sandra Blais, s’est aussi réjouie de l’annonce de Merinov, dont les biologistes travaillent déjà sur les sites de l’entreprise. «C’est encore mieux, il va y avoir un sentiment d’appartenance, on va pouvoir regarder avec eux pour développer de nouveaux projets, pour amener de nouveaux produits», a-t-elle indiqué.

Fondé en 2010, Merinov est un organisme à but non lucratif qui est issu du regroupement des centres de recherche du MAPAQ, du Centre collégial de transfert de technologie du Cégep de la Gaspésie et des Îles et d’équipes de recherche de l’Université du Québec à Rimouski.

Merinov compte une centaine d’employés, dont deux à Sept-Îles, répartie dans quatre centres situés en Gaspésie, aux Îles-de-la-Madeleine et sur la Côte-Nord.

Le directeur général de Merinov, Patrice Element et le directeur général du Cégep de Sept-Îles, Donald Bhérer. (Photo : Le Nord-Côtier)

Partager cet article