Belle et Bum : Marco Dionne parmi les finalistes

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 26 janvier 2012
Temps de lecture :

L’émission Belle et Bum, diffusée sur les ondes de Télé-Québec, tente de mettre la main sur le meilleur batteur du Québec. Le Septilien Marco Dionne a réussi à passer le premier tour du concours haut la main. Il aura maintenant besoin du soutien de la population jusqu’au mois de mars.

Le Septilien Marco Dionne est bien emballé par sa participation au concours «À fond la caisse», dans le cadre de l’émission Belle et Bum. Le musicien de 44 ans a réussi à franchir le premier tour éliminatoire en terminant premier, au sommet des dix candidats retenus. Lancé en octobre, le concours comprend deux volets, un s’adressant aux percussionnistes et un autre, aux batteurs. Les musiciens désirant tenter leur chance avaient jusqu’au 13 janvier pour soumettre une vidéo d’environ trois minutes et demie.

Avec une de leurs compositions, ils devaient montrer ce dont ils étaient capables. «C’est ma blonde qui m’a convaincu à la dernière minute de participer. J’ai improvisé quelque chose dans mon sous-sol, envoyé ma vidéo, et fait un peu la promotion de ma candidature sur Facebook, et ça semble avoir bien marché», a expliqué Marco Dionne. Les gens devaient évaluer la vidéo en lui décernant de une à cinq étoiles. Sur les 39 vidéos publiées, les dix ayant été le plus fortement étoilées ont été retenues pour le deuxième tour du concours.

Un Noël inspirant
C’est à l’âge de 12 ans que Marco Dionne a commencé à pratiquer la batterie. Provenant d’une famille de musiciens, il a rapidement été plongé dans le bain de la musique. «Un Noël à Clarke City chez mon oncle, j’avais passé la soirée à taper sur sa batterie. Le lendemain matin, il m’a dire part avec! C’est là que ç’a commencé», a raconté le musicien.

Autodidacte au début, il est finalement allé étudier en musique au Cégep d’Alma pendant deux ans. Il a parcouru les bars de Montréal avec son groupe «Fusion» qui reprenait essentiellement des classiques rocks. De retour quelques années plus tard dans sa région natale, à Sept-Îles, Marco Dionne s’est ensuite joint à différents groupes. Il a plus récemment joué au sein de Mivil.

Deuxième tour
Le public est maintenant invité à aller voter une fois par jour pour son batteur favori jusqu’au 3 mars. Une seconde vidéo a été mise en ligne par le batteur septilien, tel que le prévoit la mécanique du concours. Cette fois-ci, il a mis le paquet. «La Salle de spectacle a bien voulu nous prêter ses équipements techniques pour le son et l’éclairage, en plus de nous fournir la salle un soir pour le tournage, ç’a été vraiment le fun», a dit Marco Dionne. Cette fois, le vote du public sur Internet comptera pour 40% du résultat final, alors que la production et les musiciens de l’émission auront un droit de parole qui comptera pour 60%.

La longue période de vote pour le deuxième tour forcera le participant à faire preuve d’une imagination créative. «Au premier tour, ç’a bien fonctionné, il y a eu seulement dix jours de votes, le monde a vraiment embarqué. Mais cette fois, c’est bien plus long, va falloir que je trouve une façon originale de rappeler aux gens de voter jusqu’à la fin», a exprimé le batteur.

Il compte en effet provoquer un blitz de vote à la mi-février pour les deux dernières semaines du concours. Après cette période, les juges tomberont en délibération du 3 au 9 mars avant d’annoncer un gagnant pour chacun des deux volets. Au final, les gagnants seront invités à performer leur création dans le cadre des dernières émissions de la saison avec l’orchestre de Belle et Bum.

Le gagnant du volet batteur repartira avec un ensemble de batteries acoustique. «Moi, c’est vraiment pour l’expérience de jouer avec les musiciens de l’émission. Quant à moi ce sont les meilleurs au Québec», a conclu Marco Dionne.

Partager cet article