Budget 2012: Sept-Îles mise sur la croissance économique

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 20 Décembre 2011
Temps de lecture :

Malgré une augmentation des dépenses et des revenus, les citoyens de Sept-Îles seront probablement heureux d’apprendre que le taux de taxation n’augmentera pas en 2012, excepté pour les anciennes villes de Gallix et de Moisie. Il faut dire qu’avec la croissance économique que connaît la région et la valeur immobilière qui augmente, les revenus augmentent quand même pour la Ville qui investira massivement dans les infrastructures pour les trois prochaines années.

Les investissements sont tels que la dette municipale doublera d’ici le 31 décembre 2014, passant de 59,4 M$ à 113,8 M$. Et encore, ce chiffre pourrait augmenter à 120 M$ si Québec ne participe pas au montage financier de la nouvelle piscine municipale, ce projet de 17 M$ que la Ville de Sept-Îles compte réaliser au cours des trois prochaines années, avec ou sans l’appui du gouvernement provincial.

Le dossier du développement immobilier de Haut Ste-Famille à lui seul pourrait gonfler la dette de 8 M$ selon les prévisions de la municipalité. Cette somme est estimée essentiellement sur le coût des relocalisations. Ce montant pourrait changer selon les recours judiciaires ou les recouvrements des assureurs.

En 2012 seulement, près de 20 M$ seront investis dans les réfections des rues et le développement domiciliaire, 4,5 M$ pour l’eau potable, 4,4 M$ pour le traitement des eaux de lixiviats, 2,5 M$ pour la collecte des ordures et des RDD, puis 3 M$ pour le Vieux-Poste et la Maison du tourisme.

D’ici 2014, la Ville de Sept-Îles pourrait investir jusqu’à 86,3 M$ dans ses infrastructures, en bâtiment et travaux municipaux. Tous ces projets visent à rénover, réparer ou remplacer ce qui existe présentement ou à construire de nouveaux quartiers ou bâtiments, comme la piscine. «Nous sommes dans une conjoncture particulière, a expliqué le maire de Sept-Îles, Serge Lévesque. Nos infrastructures ont 50 ans et nécessitent d’importantes rénovations et nous faisons face à une croissance économique qui nécessite des investissements.»

Serge Gagné, Serge Lévesque et Claude Bureau

Serge Gagné, Serge Lévesque et Claude Bureau

L’importance des grandes entreprises
Le maire et la direction générale croient investir avec modération et surtout que la Ville peut se permettre de doubler sa dette municipale. Ils jugent l’économie de la région maintenant assez diversifiée et forte pour faire face aux cycles du fer, par exemple. Ils se considèrent même conservateurs, puisque plusieurs projets en pourparlers n’ont pas été inclus dans les prévisions, attendant que les projets deviennent concrets.

Il faut dire que les trois grandes entreprises de la région, Aluminerie Alouette, IOC et Cliffs, fournissent à elles seules 35% des revenus de la municipalité. Avec la récente évaluation des installations de Consolidated Thompson (Cliffs), la Ville a mis la main sur 2 M$ supplémentaires pour son budget 2012.

Le coût des ordures
Si le taux de taxation ne varie pas pour la majorité des citoyens et augmente légèrement pour Gallix et Moisie, qui est dû à un rattrapage graduel vers le taux de taxation de Sept-Îles, la Ville compte augmenter progressivement, au cours des prochaines années, le coût de la collecte des ordures. Pour les lieux d’habitation et les commerces, la facture passera de 115$ à 135$.

On peut prévoir qu’une augmentation se poursuivra pour les 5 prochaines années, pour éventuellement rejoindre le coût réel de ce service, qui serait deux fois plus élevé que le prix qui sera chargé en 2012 aux citoyens. Serge Lévesque a répété à plusieurs reprises que la Ville devra investir massivement ces prochaines années pour respecter les normes environnementales, ce qui inclut la collecte des déchets et les sites d’enfouissements.

La Ville a soutenu être très compétitive sur les niveaux de taxations, se disant 18% plus bas que la moyenne des villes de même grandeur et 12% plus bas que la moyenne québécoise.

Partager cet article