L’OBV Duplessis continue ses recherches au lac Carheil

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 06 Décembre 2011
Temps de lecture :

Situé à Fermont, le réseau de lac Daviault-Sans-nom-Carheil, qui est l’une des sources de la rivière Moisie, est sous la surveillance du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP) depuis 2005, victime d’une surabondance de cyanobactéries (algues bleu-vert). Depuis 2010, l’Organisme de bassin versant (OBV) Duplessis se rend sur place pour analyser son état. Un nouveau rapport vient d’être présenté par l’organisme.

Si la première visite, à l’été 2010, servait à constater la situation et à prélever de premiers échantillons, le travail effectué durant l’été 2011 aura plutôt permis à l’équipe de connaître le réseau des lacs Daviault, Sans-nom et Carheil. Afin de dresser un portrait juste de la situation et pour élaborer un plan d’action, il faut d’abord connaître les caractéristiques de ces lacs (hydrodynamique, physicochimique et biologique), en plus d’avoir un lac de référence pour la région. Des données quasi inexistantes pour ce coin éloigné de la Côte-Nord.

Ce grand projet a été divisé en deux volets. Le premier volet a été fait l’été dernier, permettant de traiter les aspects hydrodynamique et physicochimique du réseau Daviault-Sans-nom-Carheil. La bathymétrie (les volumes des lacs), les profils de température et d’oxygène et la concentration de phosphore ont pu être évalués, «une étape cruciale dans le calcul du temps de renouvellement des masses d’eau».

Le chargé du projet, Ghassen Ibrahim, explique que ces travaux n’ont pas permis de cueillir de nouvelles situations sur l’état des cyanobactéries du lac Carheil, mais qu’une importante étape pour sa restauration a été faite. L’OBV Duplessis souhaite procéder au volet 2 dès l’été 2012 et est présentement à la recherche de financement.

Partager cet article