Le combat quotidien du Rond-Point

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 29 novembre 2011
Temps de lecture :

Du 21 au 25 novembre derniers, le Centre d’intervention le Rond-Point a souigné la Semaine de la prévention de la toxicomanie par plusieurs activités, de la prévention en milieu scolaire en passant par des colloques avec des partenaires du milieu. Si cette semaine met particulièrement l’accent sur la lutte contre la toxicomanie, cette réalité est toutefois le quotidien de l’organisme de la rue Tortellier.

Depuis quelques années, le Rond-Point profite de cette Semaine de la prévention de la toxicomanie pour inviter ses organismes partenaires à participer à leur soupe populaire, afin de prendre le pouls d’une partie de leur travail. Parce que le Centre d’intervention fait beaucoup plus. «On a eu beaucoup de projets ces trois derniers mois», précise même le directeur général, Jean-François Albert.

Dans la Semaine de prévention de la toxicomanie seulement, le Rond-Point a rencontré les élèves de tous les niveaux de l’Institut d’Enseignement de Sept-Îles (IESI). Misant sur «Savoir plus, risquer moins», la prévention a bien changé depuis quelques années. Le slogan national de cette année (Y’a tellement mieux à faire que consommer) plait particulièrement à Jean-François Albert, qui croit lui-même à l’importance des passions, artistiques ou sportives.

La prévention change aussi selon la clientèle visée. Si l’accent est mis sur les répercussions de la consommation chez les adolescents, les passions sont mises de l’avant pour les jeunes adultes et il en va encore autrement pour les travailleurs.

Pour le directeur général du Rond-Point, il ne se fait pas assez de prévention sur la toxicomanie. Chez les grandes entreprises, par exemple, on offre des thérapies, mais ce n’est pas suffisant pour l’intervenant. «Oui, go pour ça, mais une fois terminé, il faut encore les éduquer et les accompagner.» Un autre aspect le dérange encore plus. «Il y a 5 ans, c’était impensable de faire de la prévention dans les écoles primaires. Maintenant, c’est là qu’il faut aller.»

Durant la Semaine de prévention de la toxicomanie, le Centre d’intervention le Rond-Point a invité ses partenaires à venir partager une soupe le temps d’un dîner, préparés avec soin par Marie-Philippe Bouchard, Jean-François Albert, Suzie Hovington, Olivier Brassard et Nathalie David (absente de la photo).

Partager cet article