10 en 10 pour Les Belles-Sœurs

Photo de Mathieu Morasse
Par Mathieu Morasse
10 en 10 pour Les Belles-Sœurs
La pièce de théâtre Les Belles-Sœurs, interprétée par La Patente.

La troupe de théâtre La Patente a rempli le petit théâtre du Centre socio-récréatif lors de chacune des 10 représentations de la pièce Les Belles-Sœurs.

Écrite par Michel Tremblay, la mythique pièce de théâtre célèbre cette année ses 50 ans. La Patente a réussi à en obtenir les droits de représentation puisque la production provinciale ne s’arrêtait pas dans la région. Les 10 représentations se sont échelonnées du 17 juillet au 16 août et étaient mises en scène par Sarah-Émilie Hébert-Marcoux et Marc Lavoie.

Valérie Dionne incarnait le rôle principal de Germaine Lauzon. Selon ce qu’elle a pu comprendre, ce serait la première fois qu’une pièce de La Patente fait ainsi salle comble une dizaine de fois. Elle ne se fait cependant pas d’illusion et reconnaît qu’une grande partie du succès revient au dramaturge Michel Tremblay.

«C’était magique de pouvoir jouer devant une salle comble tous les soirs, on se compte extrêmement chanceuses. Ça n’arrête plus, les gens veulent des supplémentaires, mais on ne peut pas. L’engouement était vraiment là. Moi, ça m’a fait vraiment chaud au cœur», confie-t-elle.

Chimie

La comédienne a trouvé très spécial de réunir ainsi 15 femmes sur scène. Chacune était bien arrimée à son personnage et elle ressentait la chimie de la troupe.

«On s’est rendu compte que ça représentait quelque chose d’immense. C’était très fort. On dirait qu’il y avait quelque chose de magique qui se passait sur la scène», observe-t-elle.

Valérie Dionne a été frappée par la réceptivité du public à cette pièce haute en émotions, en rires comme en pleurs. Elle pense entre au monologue de Rose Ouimet qui raconte vivre un viol conjugal tous les jours et à la fin de la pièce où Germaine Lauzon est trahie par les autres femmes.

«Je pense que toute la salle le ressentait aussi. Certains sont venus nous voir pour nous dire qu’on les avait fait pleurer», rapporte-t-elle.

Visibilité

Valérie Dionne estime que La Patente sortira grandie de cet été de Belles-Sœurs. L’animatrice de radio a adoré sa première expérience au théâtre et n’exclut pas de récidiver l’an prochain. Elle croit qu’il pourrait en être de même pour d’autres comédiennes qui en étaient aussi à une première présence avec La Patente.

«C’est sûr que ça ouvre des horizons, non seulement pour le théâtre, mais pour l’impro aussi. Parce que la ligue d’impro de Sept-Îles, c’est chapeauté par La Patente», souligne-t-elle.

Elle ajoute qu’une telle pièce marquera aussi longtemps la mémoire du public.

«Ça amène des gens qui ont peut-être découvert des nouveaux visages et qui vont avoir envie de revenir l’été prochain», espère-t-elle.

 

 

Partager cet article