La Voix : l’aventure se poursuit pour Jonathan Freeman

La Voix : l’aventure se poursuit pour Jonathan Freeman

Jonathan Freeman se considère privilégié par l’attention que les gens et des pairs du milieu musical lui accordent grâce à sa participation à l’édition 2018 de La Voix.

Crédit photo : Osa Images/TVA

Membre de l’équipe d’Éric Lapointe à l’édition 2018 de La Voix, le Septilien Jonathan Freeman est fier de la confiance manifestée par son coach qui lui permet d’accéder automatiquement à l’étape des directs. Il entend profiter de cette occasion en or pour se présenter plus fidèlement aux gens.

«Je me sens choyé que l’aventure se poursuive», lance-t-il.

À la prochaine étape de cette aventure télévisée, Jonathan Freeman interprétera une chanson qu’il a lui-même choisie.

«Cette chanson ne m’a pas été imposée par personne, insiste-t-il. «Je me sens à l’aise de la défendre à La Voix. Je la considère plus près de ma personnalité.»

L’interprète arrive à se démarquer grâce à la singularité de sa voix.

«Cette voix sort de moi. Je n’ai pas cherché à imiter quelqu’un. Mes influences sont dans le folk-rock. Depuis le début de l’aventure, je ne fais que foncer. Je n’avais pas conscience auparavant de cette particularité. Avant, ça demeurait des mots. Aujourd’hui, je constate que c’est un atout que j’ai en main», lance celui qui se considère encore comme «un simple gars de Sept-Îles».

Rien pour acquis

De nature humble, il entend bien faire un pas à la fois afin d’éviter de se laisser abattre par le stress.

«C’est une grosse aventure», enchaîne-t-il. «Je veux seulement faire de mon mieux. Je me sens bien entouré. C’est ce qui me met davantage en confiance. Je suis conscient qu’il n’est pas facile de percer dans le milieu musical et que je ne dois rien tenir pour acquis», affirme-t-il.

Quoi qu’il en soit, l’interprète se sent comblé par cette dose d’amour qu’il reçoit du public.

«Je ne peux que leur dire merci. C’est un gros mot qui veut à la fois tout dire et ne rien dire. Ça fait chaud au cœur ces marques de reconnaissance. Je veux leur démontrer qu’ils ont raison de miser sur moi», ajoute-t-il. «Je ne me fais pas un devoir de répondre à toutes les étapes. Je veux simplement avancer et grandir de cette expérience. Je ne me sens pas en compétition contre quiconque.»