Visite du nouveau PDG du Réseau Trans-Tech à Sept-Îles

Visite du nouveau PDG du Réseau Trans-Tech à Sept-Îles

Mathieu Vigneault a rencontré certains acteurs du milieu socioéconomique de Sept-Îles.(De gauche à droite:Yves Potier, IPIMM - Jacques Chiasson, MESI - R. Mathieu Vigneault, Trans-Tech - Pau Lavoie, Chambre de commerce - Luc Faucher, ITMI - Donald Bherer, CÉGEP Russel Tremblay, DESI).

Crédit photo : Aurimar Yajure

«Il faut aider les entreprises à prendre le pas sur la nouvelle économie, celle conduite par le numérique», voilà la nouvelle approche présentée par le nouveau PDG du Réseau Trans-Tech, Mathieu Vigneault, lors de sa visite à l’Institut technologique de maintenance industrielle (ITMI) du Cégep de Sept-Îles. Ce fut aussi l’occasion pour lui de constater l’impact de l’ITMI qui travaille sur plusieurs projets visant à optimiser la conduite ferroviaire et à la rendre plus sécuritaire pour les grandes entreprises nord-côtières.

Le nouveau PDG du Réseau Transtech était à Sept-Îles, le 3 août, dans le cadre de sa tournée des CTTT situés sur la Côte-Nord. Cette tournée se voulait une occasion pour Mathieu Vigneault de souligner le 25e anniversaire du réseau, mais également d’établir un contact avec ses membres et les acteurs économiques qui gravitent autour.

Selon lui, les CTTT de la Côte-Nord sont des acteurs majeurs pour le développement socioéconomique de la région.

«À une époque où nos PME font face à une concurrence mondiale dans une économie dite du savoir, l’accès à de la recherche, à de la technologie de pointe et à une main-d’œuvre hautement qualifiée représente le point de bascule entre croissance et déclin pour une entreprise», souligne le PDG.

Approche Synchrone

Lors de sa visite, M.Vigneault en a profité pour promouvoir l’approche Synchrone, un nouveau mode d’intervention et d’accompagnement vers ce que le PDG nomme «la 4e révolution industrielle».

«Synchrone permet d’accompagner les partenaires «de l’idée au marché», et propose des experts à toutes les étapes des projets de recherche favorisant davantage le succès des PME d’ici», explique Mathieu Vigneault.

Dynamisme

Le PDG n’a pas hésité à vanter le dynamisme des CTTT de la Côte-Nord, qui selon lui, se démarquent essentiellement par leur proximité avec les principaux acteurs économiques et institutionnels de leur communauté.

«J’ai vraiment vu à travers les yeux des différents acteurs économiques de la région qu’ils considéraient leurs CTTT comme des moteurs d’innovation et des moteurs économiques. Ça, c’est une valeur ajoutée qu’on ne retrouve pas partout», témoigne-t-il.

Par sa spécialisation en maintenance industrielle, l’ITMI du Cégep de Sept-Îles «possède une thématique de recherche qui est très proche des préoccupations et du tissu économique de la communauté, ce qui lui permet de devenir plus qu’un centre de recherche», pense celui qui est devenu à la tête du réseau Trans-Tech, il y aura bientôt un an.

Nouveaux projets

Actuellement, l’ITMI travaille sur plusieurs projets visant à optimiser la conduite ferroviaire et à la rendre plus sécuritaire, grâce à des procédés technologiques.

«L’objectif, c’est de profiter des nouvelles technologies pour offrir  un meilleur accompagnement aux conducteurs de locomotive. Que l’on parle de captation GPS, d’informatisation du trajet, on veut pouvoir accompagner le mécanicien de locomotive pour qu’il puisse conduire de manière plus sécuritaire», affirme le directeur de l’ITMI, Luc Faucher.

La région étant une grande exportatrice de minerai, il semble logique que les entreprises d’ici réfléchissent sur la manière d’optimiser l’acheminement de la matière de l’usine, jusqu’au port.

«D’avoir un chemin de fer qui fonctionne toujours et sur lequel il n’y a pas d’arrêt lié à des accidents, c’est certainement quelque chose qui peut favoriser l’économie», affirme M. Faucher.

Déjà, ArcelorMittal travaillerait avec l’ITIM, afin de cibler les portions de sa voie ferrée qui sont plus à risques de chutes de roches. M. Faucher indique que d’autres projets qui pourraient voir le jour sous peu font présentement l’objet de discussions.