Visite des finissants de l’humour au Graffiti

Visite des finissants de l’humour au Graffiti

La tournée des finissants de l’École nationale de l’humour passera par Port-Cartier. Treize artistes, treize styles différents à découvrir dans un spectacle de 90 minutes.

Crédit photo : École nationale de l'humour

Les finissants de l’École nationale de l’humour seront au Café-Théâtre Graffiti les 3 et 4 mai prochains. Les Portcartois peuvent s’attendre à un spectacle des plus diversifiés avec 13 jeunes artistes de la relève de l’humour au Québec. 

Les plus grands humoristes québécois ont fréquenté l’institution réputée et ont eux aussi pris part à cette grande tournée à la fin de leur parcours académique. Sur la route depuis le 9 mars dernier, le directeur de la tournée Patrick Tremblay convient de la grande organisation que cela demande.

«C’est 40 spectacles. De Montréal à l’Abitibi, jusqu’à Havre-Saint-Pierre, c’est énormément de route qui nous attend. Ça ressemble un peu à une grosse sortie scolaire, où je suis l’enseignant qui voit à ce que tout se passe bien. Je dois tout réserver à l’avance, bien calculer les heures de routes et être sûr que tout se passe bien entre nos jeunes humoristes», illustre M. Tremblay.

Pour cette 27e tournée des finissants de l’École nationale de l’humour, treize visions du monde sont à découvrir. En plus des numéros de groupe, chaque finissant aura environ 5 minutes pour présenter deux sketchs.

«Ça représente 1h et demie de spectacle. On invite les gens à venir voir ça, ils découvriront peut-être le prochain gros nom de l’humour! Et de toute façon, sur 13, c’est impossible que rien ne vous plaise», fait remarquer le directeur de la tournée, qui agit aussi comme enseignant depuis 12 ans à l’École.

Une expérience enrichissante

Malgré que le milieu de l’humour au Québec soit compétitif, Patrick Tremblay dit constater beaucoup de collaboration chez les étudiants.

«Ils s’aident énormément, se montrent leurs textes et se donnent des idées. Ayant moi-même fait l’École nationale en 1997, je me rappelle qu’on n’a pas les moyens au début de se payer un scripteur par exemple. Alors on se réunit trois ou quatre dans un café pour travailler ensemble», se souvient-il.

L’expérience permettra aussi aux jeunes humoristes de voir la réalité qui les attend en début de carrière. «Pour la plupart d’entre eux, c’est comme ça que ça va commencer, avec des spectacles dans les bars et dans les soirées d’humour émergentes. L’avantage aujourd’hui est qu’ils peuvent se faire connaître à peu de coûts en créant du contenu sur le web. Si je me compare, quand je fréquentais l’École à l’époque, je crois que je n’avais même pas d’adresse courriel», se rappelle Patrick Tremblay.

Originaire de Rimouski, le finissant Jean-François Plante se réjouit de l’expérience de la tournée.

«J’ai hâte de venir vous voir. La dernière fois que j’ai mis le pied sur la Côte-Nord, c’était il y a 20 ans pour jouer au tournoi Fer-O! Je me suis recyclé, je manquais de patins un peu», plaisante-t-il.

Le jeune humoriste, qui n’en est pas à ses premières expériences de scène, invite les Portcartois à venir découvrir les différents types d’humour de ses compagnons. «Moi je suis très stand-up classique. Je raconte des anecdotes personnelles, je parle de mes travers. Il y aura de l’absurde, des personnages, vous allez adorer le spectacle», promet-il.