Vincent C et l’art de divertir

Vincent C et l’art de divertir

Sans pour autant réinventer la magie, Vincent C arrive à transposer sur scène cet art avec une aisance déconcertante. Une approche relativement singulière qui suscite beaucoup d’intérêt.

Crédit photo : courtoisie

De passage sur la Côte-Nord, Vincent C propose un spectacle de magie qu’il considère avant tout comme de la variété. Comme il l’a toujours fait jusqu’à maintenant, il présente avec humour une vision singulière et percutante de cet art qu’il apprécie au plus haut point. Une approche irrévérencieuse qui ne laisse personne indifférent.

À un très jeune âge, Vincent C trouvait la magie quelque peu quétaine. Depuis qu’il fait carrière dans ce milieu, il a voulu remédier à la situation. «J’ai fini par rencontrer des magiciens qui me ressemblent un peu plus. Ça m’a donné le goût d’en savoir plus sur cet art. Plus j’approfondissais mes connaissances en la matière, plus je me rendais compte que le problème résidait surtout dans la manière adoptée par les magiciens pour la transposer sur scène», lance-t-il.

Dès le départ, il a cherché à se défaire de ce côté niaiseux et enfantin qu’on appose à la magie. «Je crois avoir réussi à changer la perception des gens. Je me fous de dévoiler mes trucs. Si je ne le fais pas, c’est parce que ça peut rendre un numéro moins intéressant, lui donner moins d’impact», souligne-t-il. «On le sait tous que lorsqu’un magicien vole, il y a des fils. On n’en demeure pas moins toujours aussi impressionné.»

Unique en son genre

Rien n’empêche qu’il a tout de même une approche assez unique de cet art. «J’ai souvent vu des humoristes qui utilisent des accessoires pour faire de la magie. De mon côté, je n’ai pas la prétention de réinventer la magie. Je l’amène juste différemment. Je lui apporte un rythme qui m’est propre. J’écris mes numéros à la manière d’un humoriste. C’est un ensemble cohérent, un enchaînement», explique-t-il.

Le magicien considère que l’ajout d’humour à son spectacle lui permet de divertir plus facilement les gens.  «J’aime avoir des rires constants lorsque je suis sur scène. Je ne me prends vraiment pas au sérieux», soutient-il. «Pour moi, tout est possible. On n’est pas ici uniquement dans un univers merveilleux qui n’existe pas.»

Une chose est certaine, il croit sincèrement que cette étiquette trash qu’on lui appose n’a rien de justifié. Pour en arriver à cette conclusion, il se fie surtout aux commentaires qu’il reçoit lorsque les gens viennent assister à ses spectacles. «Je ne laisse jamais les gens partir sur un effet choc. Je finis par tout dévoiler. Ça ne fait que saisir sur le coup. On voit, en quelque sorte, comment se font les effets spéciaux», indique-t-il.

Un succès outre-mer

Cet automne, Vincent C a participé à l’émission de téléréalité «La France a un incroyable talent». «On m’avait proposé de le faire depuis plusieurs années. Je me refusais à le faire, car je n’avais rien à offrir en retour. J’ai donc considéré que le moment était opportun. Cependant, le scandale sexuel impliquant Gilbert Rozon (président de Juste pour Rire et juge à cette émission de téléréalité) a fait en sorte que je n’ai pas eu la visibilité souhaitée.

Rien n’empêche qu’il s’est tout de même produit à 53 reprises à l’Apollo, une salle de spectacle à Paris, et que plusieurs représentations ont été à guichets fermés. «Je suis loin d’en être à mes premiers séjours en France. J’ai fait plus de 250 spectacles avec Arturo Brachetti (un maître de la métamorphose). J’arrive à adopter facilement le parler français et je le fais sans que ça ait l’air d’une parodie pour autant. Je m’adapte donc très bien.»

En spectacle

Vincent C se produira le 2 février au Centre des arts de Baie-Comeau et le 3 février à la Salle Jean-Marc-Dion de Sept-Îles. Il se dit très heureux d’avoir la chance de venir à nouveau à la rencontre des gens un peu partout au Québec et il espère que les gens seront nombreux à répondre à l’invitation.