Vif débat entre les candidats à quelques jours du vote

Vif débat entre les candidats à quelques jours du vote

Crédit photo : Le Nord-Côtier

Les deux candidats à la mairie de Sept-Îles Réjean Porlier et Russel Tremblay ont débattu mercredi midi dans les studios de PUR FM. Si la tension a été palpable dans l’arène, une fois dehors, les candidats se sont félicités d’avoir pu créer des échanges de qualité propices à faire sortir le vote.

Cette tension on pouvait la ressentir en studio, mais également dans les coulisses où se trouvaient les clans Porlier et Tremblay, assis chacun de leur côté de la pièce. Pendant l’échange, un animateur s’est posé devant la porte du studio, muni d’une caméra afin d’assurer la bonne tenue des clans qui s’étaient mutuellement reproché leur comportement lors du premier débat.

Bien qu’il n’y ait eu aucun débordement, le clan Porlier a maintes fois réagi vivement aux commentaires et aux attaques de Russel Tremblay envers leur candidat. De son côté, le clan Tremblay n’a laissé paraitre aucune réaction aux commentaires du maire sortant.

Pour leur part, après avoir croisé le fer en studio, les deux candidats ont entrepris une courte discussion à l’extérieur et pendant laquelle ils ont avoué apprécier l’engouement créé par leur course.

Le débat

Contrairement à Russel Tremblay qui a utilisé les deux minutes allouées d’entrée de jeu à chaque candidat pour se présenter, Réjean Porlier en a profité pour envoyer une première flèche à son adversaire. «Le premier geste qu’il a posé, c’est de demander aux conseillers «êtes-vous de mon côté?». Ce qu’il a fait, c’est installer une division, ce n’est pas un geste très rassembleur», a dit M. Porlier.

Le premier thème abordé concernait la gouvernance. Réjean Porlier a énuméré les différents projets de relance économique qui «commencent à poindre». Russel Tremblay a répliqué en évoquant l’importance de la proactivité, une qualité qu’il n’attribue pas à son adversaire. «Il ne faut pas attendre après les investisseurs dans son bureau et attendre de voir comment vont se régler les dossiers. Le maire doit être à l’avant-scène. On doit aller chercher les projets».

En débat libre, Russel Tremblay a déploré l’attitude de confrontation qu’aurait son adversaire avec les différents partenaires de la municipalité. «Il ne faut pas critiquer publiquement des organisations locales ou nationales». Pour sa part, Réjean Porlier a mentionné que Développement économique Sept-Îles, l’ancien employeur de son adversaire lui a dit : «quand on aura besoin de vous monsieur le maire, on ira vous chercher». Un commentaire que Russel Tremblay a remis en doute.

Les candidats ont par la suite échangé sur une multitude de sujets, dont l’avenir de Sept-Îles, les infrastructures sportives et culturelles, la place des corporations municipales et la diversification économique.
En clôture, Russel Tremblay a résumé sa position avec «Russel Tremblay pour le développement et Réjean Porlier pour le Statuquo».

Réjean Porlier a quant à lui promis qu’il ne «jouerait pas les belles-mères» si jamais il n’était  pas réélu et il a demandé à la population de «faire attention aux mirages, puisqu’il n’y aura pas de miracles».