Travaux d’excavation suspendus à Romaine-4

Travaux d’excavation suspendus à Romaine-4

Les travaux à la Romaine-4.

Crédit photo : Le Nord-Côtier

Hydro-Québec suspend ses travaux d’excavation sur le site du futur emplacement de la centrale Romaine-4 en raison de la découverte d’une géologie «différente que ce qui avait été prévu». Une centaine de travailleurs ont été démobilisés.  

Tout le reste du chantier de 7,2 milliards, où s’activent un millier de travailleurs, demeure en activité.

Le 31 mars, des études «de géologie structurale» ont démontré «des conditions de terrain différentes» à ce que s’attendait la société d’État. «On a un certain nombre d’outils au départ (pour la planification), mais quand tu arrives sur place et que tu creuses, plus souvent qu’autrement ça confirme ce qu’on pensait, mais le contraire n’est pas anormal», soutient le porte-parole d’Hydro-Québec, Mathieu Rouy. «Mais, c’est la première fois depuis le début du projet Romaine».

Les résultats obtenus nécessitent la réalisation «d’études additionnelles». L’arrêt des travaux à cet endroit pourrait donc durer «des semaines», estime la société d’État rappelant que les nouvelles études permettront de «bien déterminer la quantité de roc à excaver». «On va devoir faire davantage d’études, ça va prendre des analyses et des ajustements, probablement à l’ingénierie de la centrale elle-même», explique-t-il.

Pour l’heure, il est impossible de prédire si cet arrêt entraînera un retard sur la mise en service de la quatrième centrale, prévue pour 2020. «Il est trop tôt pour savoir s’il y aura une incidence sur l’échéancier et sur les coûts. Est-ce qu’il en aura? Peut-être. Aujourd’hui? Non», ajoute-t-il, précisant que «des projets comme ça, ont des marges de manœuvre».

Les travaux d’excavation ailleurs à la Romaine-4, sauf à la galerie de dérivation, où le travailleur Luc Arpin est décédé en décembre, se poursuivent. L’excavation de la quatrième centrale, qui aura une puissance de 245 mégawatts, est néanmoins la plus grosse partie du travail.