Tournoi Orange Alouette : une présidente d’honneur comblée

Tournoi Orange Alouette : une présidente d’honneur comblée

La présidente d’honneur du Tournoi Orange Alouette a rencontré plusieurs joueuses et joueurs en marge des matchs.

Crédit photo : Julien Choquette - Photo Impression JC

La Baie-Comoise d’origine Marie-Pier Murray-Méthot, maintenant établie en Suisse (Neuchâtel), a admirablement bien rempli son rôle de présidente d’honneur de la 40e édition du Tournoi de volleyball Orange Alouette de Sept-Îles. Si elle a laissé entendre qu’elle avait reçu une belle dose d’amour, à l’inverse, la grande femme de 33 ans aura démontré une grande générosité.

Avant même l’ouverture de la 40e édition, celle qui a porté les couleurs de l’équipe nationale durant sept ans, est allée à la rencontre de plusieurs joueuses et joueurs de volleyball, tant à Baie-Comeau qu’à Sept-Îles et Uashat mak Mani-Utenam. La table était mise.

L’accueil

Marie-Pier Murray-Méthot note d’emblée «l’accueil» pour ce qu’elle retient de son séjour. «Vraiment incroyable. J’ai l’impression que j’ai toujours habité à Sept-Îles», a-t-elle mentionné. La rencontre des jeunes du mini-volley l’a aussi marqué, même s’ils ne la connaissaient pas. «C’était tellement cool de les voir courir partout.»

Même si elle connaissait déjà le Tournoi Orange Alouette pour lui avoir pris part dans son adolescence, elle a été à même de constater son ampleur dans son rôle de présidente d’honneur. «Il y a tellement d’équipes, de gens, de plateaux. L’organisation est rôdée. Il n’y a pas de petits détails laissés au hasard. Les bénévoles sont partout, ils sont souriants. Ils font partie de l’accueil chaleureux», a-t-elle souligné.

Plein de souvenirs

Elle retournera en Suisse vers la fin de la semaine avec plein de souvenirs et de paysages en tête; l’odeur du fleuve qui lui manquait, «ça sent bon, ce sont mes racines», le goût des fruits de mer et une expérience qui sera certainement gravée pour longtemps.

«J’ai une belle carrière et de reconnaître mes efforts et mon parcours, ça fait vraiment chaud au cœur. Ma carrière ne se définit pas sur le fait que je n’ai pas pris part aux Olympiques, même si ça donne un goût amer. Je suis vraiment reconnaissante de tout l’amour que vous (le comité) m’avez donné.»