Services de santé en Minganie : le CISSS tient à rassurer la population

Services de santé en Minganie : le CISSS tient à rassurer la population

L'hôpital de Havre-Saint-Pierre en 2014

Crédit photo : archives

Le CISSS de la Côte-Nord a fait une sortie publique pour rassurer la population de la Minganie face à la pénurie d’effectifs médicaux. Les élus de la région discuteront du sujet avec le ministre Barrette jeudi.

Ces récents développements font suite au Sommet sur la pénurie de main-d’œuvre en santé sur la Côte-Nord organisé par le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord, le 4 avril dernier à Sept-Îles.

Le Nord-Côtier révélait aussi le 18 avril qu’une résidente d’Anticosti s’était fait refuser une échographie cardiaque à cause des transports déficients.

Sandra Morin, porte-parole du CISSS Côte-Nord, avait alors confirmé les pénuries dans plusieurs domaines et indiqué que l’organisme était en mode solution pour mettre des mesures en place rapidement, ainsi qu’à moyen terme et à long terme.

Le CISSS de la Côte-Nord assure que des discussions sont en cours depuis plusieurs semaines avec l’équipe médicale et les intervenants de la Minganie afin de trouver des solutions pour assurer le maintien des services.

« Ces rencontres ont permis de convenir des mesures à mettre en place à court et moyen terme, explique le CISSS dans un communiqué envoyé aux médias. Cette réorganisation a pour objectif de pallier au départ prochain de médecins pour la retraite. »

L’institution cite quelques mesures, dont l’ajout d’infirmières auxiliaires dans le cadre d’un projet pilote et l’adoption de mesures avec l’hôpital de Sept-Îles concernant les transferts de patients. Il est aussi fait part que certains médecins ont « accepté de demeurer en Minganie plutôt que de quitter tout en modifiant leur pratique ».

On y annonce également qu’un nouveau médecin s’installera à Havre-Saint-Pierre en septembre. Du côté de L’Île-d’Anticosti, une présence médicale sera assurée deux jours par mois.

Rencontre avec le ministre Barrette

Le préfet de la Minganie, Luc Noël, rencontrera le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, jeudi à Québec. Il sera accompagné de Lorraine Richard, députée de Duplessis, de Randy Jones, préfet de la MRC du Golfe-du-Saint-Laurent et maire de Gros-Mécatina, et de Sylvie Angel, responsable des ressources humaines, des communications et du développement stratégique à la MRC de la Minganie.

Les élus aborderont la question des services de santé en Minganie, à Anticosti et en Basse-Côte-Nord. M. Noël a réclamé cette rencontre suite au Sommet sur la pénurie de la main-d’œuvre pour lequel il déplore que les élus n’aient pas été invités. Il s’était aussi indigné de l’histoire de la résidente d’Anticosti privée d’échographie cardiaque.

De marbre

Luc Noël est resté froid à la lecture de la communication du CISSS.

« Quand tu envoies un communiqué et que tu écris dans le titre “rassurer la population”, c’est que tu as un [gros] problème. Ce n’est pas pour me rassurer, surtout qu’on n’a jamais communiqué avec nous. »

Il insiste sur le fait que le recrutement centralisé nuit aux petites localités. Selon lui, le démarchage par le CISSS fusionné bénéficie surtout aux deux principaux centres de Sept-Îles et Baie-Comeau. Il regrette le temps où le directeur des services professionnels de chaque établissement local pouvait négocier directement avec les médecins.

« C’est vraiment un problème au niveau de la dynamique des équipes. On ne se sent plus une appartenance à un endroit ou à un centre de santé. Ça, c’est toute la problématique que l’on a avec la gestion à Baie-Comeau. J’ai discuté avec Donald Perron, le préfet de la Haute-Côte-Nord, et c’est la même problématique qu’ils ont aussi. »