Roulement de personnel: la CSN dénonce la «structure ingérable» des CISSS

Roulement de personnel: la CSN dénonce la «structure ingérable» des CISSS

La CSN a convoqué les médias pour dénoncer la gestion du personnel du CISSS de la Côte-Nord.

Crédit photo : Le Nord-Côtier

Le Conseil central Côte-Nord de la CSN affirme que le «CISSS de la Côte-Nord traverse une importante crise de gestion», alors que quatre personnes ont occupé le directeur des ressources humaines depuis avril 2015. Selon la CSN, la «structure ingérable» des CISSS est en cause, alors que le centre de santé lance la pierre au syndicat.

La directrice des ressources humaines du CISSS de la Côte-Nord, Vicky Lapierre, a quitté son poste la semaine dernière. Il s’agit d’un quatrième départ à ce poste depuis avril 2015, selon la CSN, incluant un congédiement en mars 2017 et l’emploi d’une personne à titre intérimaire durant un mois. Selon le CISSS, le départ de Mme Lapierre serait un choix personnel. «Elle a décidé de retourner au droit. Nous sommes tous tristes, mais c’est ça», a mentionné la porte-parole Sandra Morin.

«Depuis les tout débuts de l’application de la réforme du ministre Gaétan Barrette, le CISSS de la Côte-Nord traverse une importante crise de gestion avec tous les graves problèmes que celle-ci nous impose sur le terrain (…) Plus que jamais, nous questionnons la gestion centralisée et despotique du PDG, Marc Fortin, d’autant plus que celui-ci cumulera désormais les tâches de PDG et de directeur des RH», a affirmé Guillaume Tremblay, président du Conseil central Côte-Nord de la CSN, en point de presse vendredi matin.

Le CISSS confirme que M. Fortin occupe présentement les deux postes par intérim. «Il occupe les deux fonctions pour soutenir l’équipe, parce qu’il y a eu beaucoup de roulement de personnel. On ne sait pas pour combien de temps, mais ce sera pour un certain temps», a affirmé Sandra Morin. Un poste sera «certainement» ouvert pour trouver un nouveau directeur.

Gestion «autoritaire»

Selon la CSN, ce genre de situation survient en raison de la «structure ingérable» des CISSS. «Est-ce que le problème est plus haut? Ce qu’on entend, c’est que le PDG Marc Fortin, c’est quelqu’un d’autoritaire», s’est questionné Guillaume Tremblay. «Est-ce que M. Fortin est seulement le bras du ministère dans la région? Il doit nous défendre auprès du ministre, mais on dirait qu’il est juste là pour appliquer les décisions du ministère.»

«M. Fortin, c’est un PDG qui est très centré sur le client. Des fois, ça ne fait pas l’affaire des syndicats», a défendu la porte-parole du CISSS de la Côte-Nord. «Il ne faut pas se surprendre que la CSN ait perdu beaucoup de membres lors du dernier maraudage syndical avec un discours négatif comme ça. Est-ce qu’ils nous aident vraiment à recruter? Ils nous tirent dans le pied», a répliqué Sandra Morin.

Le CISSS ne répondra plus aux syndicats dans les médias

«Ce que je peux vous dire, c’est que c’est la dernière fois que le CISSS va répondre aux syndicats dans les médias. S’ils ont quelques choses à nous dire, qu’ils nous rencontrent. On a d’autres choses à faire», a ajouté, cinglante, la porte-parole du CISSS.

Le Conseil central Côte-Nord de la CSN travaille «depuis fort longtemps» pour créer un comité paritaire santé et sécurité du travail avec l’employeur. «Nos membres sont essoufflés. Ils ont beaucoup de pression». La CSN affirme que de 200 à 300 postes ne sont pas comblés présentement au CISSS de la Côte-Nord, une information que n’a pu confirmer le CISSS.