Un retour imminent pour Véronik Mallet

Un retour imminent pour Véronik Mallet

Crédit photo : Archives

La patineuse Véronik Mallet a bon espoir d’effectuer un retour en compétition à la fin septembre, lors de la compétition George-Éthier de Beauport. Bien qu’elle espérait pouvoir renouer avec l’action dès cette fin de semaine pour les championnats québécois d’été à Pierrefonds, la Septilienne a dû abandonner cette idée. Elle est toujours aux prises avec des douleurs à un pied en raison d’une fracture subie l’an passé.

La dernière année a été éprouvante au niveau psychologique pour Véronik Mallet. C’est qu’une fracture au pied la tient à l’écart de toute compétition depuis près d’un an. Un passage sous le bistouri, plusieurs semaines de repos et des tonnes d’heures d’entrainement plus tard, Mallet se sent maintenant prête à briser la glace.

Ce retour devait initialement s’effectuer cette fin de semaine, à l’occasion des Championnats québécois d’été au Sportplexe de Pierrefonds, dans la région métropolitaine. Cependant, la principale intéressée ressent toujours de la douleur au niveau de son talon, même si sa fracture est à priori complètement rétablie.

«En ce moment, on essaie de trouver des traitements pour enlever la douleur. Je reçois des injections à la cortisone au niveau de ma fracture,  mais ça n’efface pas la douleur. Pourtant ma fracture est complètement guérie, alors on ne comprend pas pourquoi je ressens encore de la douleur», explique Mallet.

Loin de se décourager, elle vise maintenant un retour vers la fin septembre pour la compétition George-Éthier à Beauport, où elle espère enfin pouvoir briser la glace «Je ne m’attends à rien. J’ai juste hâte de la faire. Je ne me mets pas de pression», affirme-t-elle.

Le rêve encore possible

«Je n’ai jamais eu de blessure avant ça. Le plus dur, c’est vraiment de retrouver la forme après ne pas avoir bougé pendant quatre mois», avoue celle qui a recommencé à patiner en février.

Depuis, elle travaille à retrouver cette forme qui lui a permis de récolter un nombre impressionnant de médailles. «Aussitôt que je peux, je me concentre sur mes sauts. Quand tu arrêtes pendant quatre mois, tu perds un peu le tour. Pour réussir à faire trois tours dans les airs, il faut en faire tous les jours», précise celle qui doit sauter et atterrir sur son pied blessé, afin de réaliser le triple boucle, triple flip et le triple lutz.

Dans toute cette saga, Mallet se dit contente que cette blessure se soit produit l’an passé et non cette année. Aujourd’hui, elle peut encore rêver d’une participation aux Jeux olympiques de Pyeongchang, en 2018. «J’ai encore une chance de revenir en forme et de performer aux Championnats canadiens. Si la fracture était arrivée cette année, cela n’aurait pas été possible».

Pour obtenir son billet d’avion vers la Corée du Sud, Véronik Mallet devra percer le top 3, lors des Championnats canadiens, en janvier prochain.