Résidence des Bâtisseurs : le conflit persiste entre le Comité des résidents et la direction

Résidence des Bâtisseurs : le conflit persiste entre le Comité des résidents et la direction

Le directeur régional Est-du Québec du Groupe Résidences des Bâtisseurs, Denis Côté, refuse catégoriquement de reconnaître la légitimité du comité des résidents élu le 27 septembre dernier.

Crédit photo : Le Nord-Côtier

Le directeur régional du Groupe Résidence des Bâtisseurs, M. Denis Côté, ne reconnaît pas la légitimité du comité des résidents, puisqu’il est composé de non-résident. Il va même plus loin en affirmant que certaines déclarations publiques faites par des résidents sont «opportunistes» et qu’elles «prennent toutes les apparences de règlements de compte personnels».

Bien qu’il ait convoqué la presse, le directeur régional Est-du-Québec des résidences s’en est tenu essentiellement au communiqué durant la période de questions.

D’entrée de jeu, M. Côté a indiqué que l’unique objectif de ce point de presse demeurait de rétablir les faits. Il a réitéré qu’il est favorable à la mise en place de comités de résidents dans ses divers établissements. Il a reconnu que ces derniers contribuent harmonieusement à la vitalité de ces milieux. Il a dit prôné un dialogue franc et ouvert, respectueux de l’autonomie des résidents et de l’administration et une écoute attentive de leurs besoins.

Il faut rappeler que la Résidence des Bâtisseurs est un établissement privé non-conventionné et qu’il n’a pas l’obligation de former un comité des résidents, en vertu de la Loi sur la santé et les services sociaux. Pourtant, ce droit est bel et bien reconnu à même le code d’éthique de l’établissement et inscrit sur son tableau de règlements à l’intérieur de ses murs.

Appui des résidents

Même si le comité des résidents en place a obtenu l’appui de 120 résidents qui ont accepté de signer une pétition pour que la direction reconnaisse sa légitimité, le directeur régional Est-du Québec a maintenu sa position et a, une fois de plus, invité les médias à se référer au communiqué de presse émis.

Il a insisté sur le fait que la problématique du comité des résidents demeure sa composition. Il a affirmé que les représentants du comité se doivent d’être élus démocratiquement parmi et par les résidents de chaque établissement, et non sous ingérence extérieure.

Un coup dur

En ce qui concerne la composition du comité des résidents, sa secrétaire, Sylvie Paquet, réfère directement à son code d’éthique qui dit que la direction se doit de soutenir l’intérêt des résidents et des familles à la participation de ce comité. Un point de vue partagé par Francine Gendron (présidente) et Luc Poulin (administrateur).

Mme Paquet se dit estomaqué par le contenu du communiqué émis par la direction. Elle indique que le ton utilisé fait craindre des représailles et n’incite en rien les résidents à déposer une plainte, même si un système existe à cet égard. Elle est à même de constater que les aînés considèrent cette procédure complexe et lourde. Ceci fait en sorte que beaucoup d’entre eux abandonnent en cours de route.

«Nos aînés se sentent délaissés. La réponse qui a été fourni est très décevante. Il n’y a aucune ouverture de la part de la direction. Il nous reste maintenant à voir si le propriétaire partage le même point de vue. Une lettre lui a été transmise vendredi dernier. On l’informe ici de cette situation que l’on considère déplorable. Le lien est complètement brisé. On doit maintenant se tourner vers les instances politiques et la population», lance Mme Gendron.

Au cours des prochains jours, le Comité des résidents de la Résidence des Bâtisseurs de Sept-Îles entend multiplier les démarches pour obtenir l’appui de la population. Ils demeurent convaincus que le propriétaire a tout intérêt à mettre fin à ce conflit,  puisque ceci peut véritablement nuire à la location des nouvelles unités de sa phase 3, dont la construction est en cours. Une intervention sera faite au conseil d’administration du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) Côte-Nord .

Même si elle ne souhaite pas s’immiscer dans le dossier, la coordonnatrice du Comité des usagers du CISSS Côte-Nord, Louise Bertrand, se dit très préoccupée par la situation.