Réjean Porlier et Marc Brouillette unissent leurs efforts dans un intérêt commun

Réjean Porlier et Marc Brouillette unissent leurs efforts dans un intérêt commun

Le maire Réjean Porlier et le président de Développement Économique Sept-Îles, Marc Brouillette.

Crédit photo : Attraction Radio

En entrevue mercredi sur Pur Fm, on pouvait entendre le maire de la Ville de Sept-Îles et le président de Développement Économique unir leurs voix, en parlant des nouvelles orientations de la corporation municipale. Les deux hommes ont dit avoir mis de côté leurs différends pour le bien collectif.  

Le président du conseil d’administration (C.A.) de Développement Économique Sept-Îles (DÉSI), Marc Brouillette, a lancé d’entrée de jeu qu’il faudra s’habituer à le voir avec le maire Réjean Porlier.

«On a tout intérêt à mieux travailler ensemble, d’avoir une meilleure synergie», a-t-il dit sur les ondes radio.

Rappelons que la Ville et DÉSI avaient eu une rencontre le 12 janvier pour faire des constats sur la corporation et pour préciser certains aspects de la gouvernance. «On savait qu’on ne pouvait plus continuer comme ça. On avait, par exemple, des sièges réservés à certaines organisations où personne ne se présentait. Il fallait revoir avec la Ville notre mandat et nos valeurs, entre autres», a admis M. Brouillette, ajoutant que tout le monde avait profité de l’occasion pour faire le point et se dire «les vraies choses». La démarche quant à la mise à niveau avait été initiée à la fin 2016, après 42 ans d’existence.

Mises au point

En entrevue à Côte-Nord Attitude, Réjean Porlier a expliqué les principales choses qui ont été revues. «Désormais, ce sont deux conseillers qui seront sur le C.A., moi je n’y serai plus. Nous allons donc faire passer le nombre d’administrateurs de 15 à 9 sur le C.A., c’était trop lourd sinon. Il y aura désormais quelqu’un qui représentera l’éducation et aussi quelqu’un de la petite et moyenne entreprise», a-t-il confirmé. Il a aussi mentionné que quelqu’un «en dehors de tout ça» serait inséré à l’équipe, sans préciser.

Le maire a dit surtout vouloir faire entrer le sang neuf chez DÉSI. Des démarches seront prises en ce sens, afin de laisser entrer les jeunes et de limiter la durée de mandat des administrateurs. Il a également mentionné que l’équité homme femme était à atteindre et que la façon de sélectionner les candidats était à revoir.

Concernant les surplus accumulés de l’organisme de l’ordre de 1,2 million $, Marc Brouillette a mentionné qu’il a été convenu qu’ils seraient désormais utilisés pour «les dossiers spéciaux».

«Ça servira, par exemple, à un investissement pour une étude de marché dans tel secteur, ou encore, à supporter les démarches pour un projet», a-t-il précisé.

Transparence

Selon le maire, DÉSI est une corporation municipale, et de ce fait, une importance accrue sera accordée, à l’avenir, au fait de rendre des comptes.

«La transparence avec le public est essentielle. Le mandat de DÉSI est quant à lui assez large et ils auront toute la latitude pour le livrer», a-t-il assuré. M. Brouillette en a convenu et a réitéré. «Le mandat est semblable, mais la façon de le faire va changer. Tout le monde veut travailler ensemble, se faire confiance et la communication sera indispensable pour se tenir informé d’un côté comme de l’autre», a-t-il dit. Les deux hommes ont aussi indiqué que la bonne entente était au rendez-vous.

Sans rancune

Malgré la sortie de certains gens d’affaires à l’automne dernier, le maire a indiqué ne pas tenir de rancune envers personne. «Oui, on n’a pas toujours été très accordé Marc et moi. Mais on comprend que l’intérêt ultime, c’est le bien-être de la communauté.»

Il a dit vouloir s’entourer de gens de confiance, afin d’avoir du plaisir à atteindre les objectifs et à travailler. «Ceux qui demeurent avec les mêmes ambitions et intérêts personnels, ils ne sont pas dans ma priorité. Quand ça va bien pour l’ensemble de la communauté, qu’on travaille dans l’intérêt général, chacun y trouve son compte. Quand on travaille dans son propre intérêt par contre, ça noie le collectif.»

Marc Brouillette dit aussi vouloir tourner la page. «Désormais on regarde en avant, le passé c’est le passé», a affirmé l’avocat.

Prochaine étape

DÉSI présentera publiquement ses priorités très prochainement, a mentionné M. Brouillette. «Nous allons présenter ça et d’autres informations aux citoyens. On va passer de la parole aux actes», a-t-il dit.

Le maire Porlier a déclaré, quant à lui, que la Ville procèdera à une rencontre avec l’industrie en général, afin de leur présenter les enjeux municipaux des prochaines années. «On va leur faire comprendre que si la Ville va bien, eux vont bien aller aussi. On attire ainsi des gens qui veulent travailler, qui veulent rester, on a des enjeux qui se complètent. On va les réunir autour d’une table prochainement.»