Une quête constante d’authenticité pour Innutin

Une quête constante d’authenticité pour Innutin

Père de trois enfants, Gilbert Pietacho place les valeurs familiales au cœur du contenu de ce nouvel album d’Innutin.

Crédit photo : Luc Leclerc

Invitée à participer au spectacle des Fêtes de Florent Vollant, la formation musicale Innutin a dévoilé son nouvel album «Tanite mak au», le 9 décembre à la salle communautaire de Mani-Utenam. Plus de 600 personnes avaient répondu à l’invitation.   

Membre principal d’Innutin, Gilbert Pietacho s’est soucié de bien faire les choses lors de l’enregistrement de ce nouvel album au Studio Makusham. «Le premier album avait été fait rapidement. Je n’en étais pas complètement satisfait. Cette fois-ci, j’ai voulu prendre le temps de bien faire les choses. J’ai travaillé là-dessus pendant un an. Je l’ai fait quand j’en avais l’énergie. Il faut dire que le plus gros du travail a été fait par Kim Fontaine et Réjean Bouchard qui en ont assuré sa réalisation», avance-t-il.

Une contribution qu’il apprécie visiblement au plus haut point et qu’il trouvait important de souligner. «Je suis très satisfait du résultat de l’album. C’est ce que je m’étais imaginé en tête. J’ai pris des musiciens studio et je ne regrette aucunement cette décision. Ils ont fait de l’excellent travail. Tout s’est bien déroulé au lancement, ajoute-t-il. Je n’aurais pas pu espérer mieux.»

De fortes racines

Plus que jamais, le chanteur de cette formation autochtone accorde une très grande importance au fait de chanter en langue innue. «Je l’ai toujours fait. Je considère que c’est une très belle langue. Je veux la mettre davantage en valeur, indique-t-il. Je souhaite que les jeunes puissent se l’approprier et en être fières. Je trouve important de le faire. C’est une valeur que j’essaie de transmettre à ma fille cadette.»

Lorsqu’il écrit des chansons, il s’inspire très souvent de son vécu. «Je veux chanter des chansons vraies. Jusqu’à maintenant, ça m’a très bien servi, soutient-il. Je suis heureux que les gens puissent les apprécier autant. C’est tant mieux s’ils peuvent s’y reconnaître. De plus, j’espère qu’elles pourront être entendues par un maximum de gens.»

Une invitation inespérée

Lors de ce spectacle des Fêtes de Florent Vollant, la formation Innutin présentera trois chansons. Ses membres n’en sont pas à leur première collaboration avec cette icône de la musique autochtone. «C’est toujours un plaisir de collaborer avec lui. Cet été, on l’avait côtoyé au Festival Innu Nikamu. On avait alors partagé la scène avec Keven Landry (auteur-compositeur-interprète de Havre-Saint-Pierre).»

Au coût de 20$, des exemplaires de ce nouvel album d’Innutin sont disponibles à la station innue d’Uashat et à l’Épicerie Innu de Mani-Utenam. Une distribution a été assurée dans plusieurs communautés innues. Pour l’instant, il n’est pas envisagé de le rendre disponible sur la plupart des plateformes de téléchargement. Il est aussi possible de se rendre sur sa page Facebook pour s’en procurer.