Le PQ défend les avis publics dans les journaux

Le PQ défend les avis publics dans les journaux

Le député Martin Ouellet et son collègue Sylvain Gaudreault ont dénoncé le projet de loi 122 qui pourrait permettre aux municipalités de publier leurs avis publics exclusivement sur Internet.

Crédit photo : Courtoisie

(LE MANIC) Le porte-parole du Parti québécois en matière d’affaires municipales, le député Martin Ouellet, a dénoncé, la semaine dernière, le projet de loi 122 qui pourrait permettre aux municipalités de diffuser leurs avis publics uniquement sur Internet.

Charlotte Paquet 

Dans le cadre d’une activité de presse tenue à l’Assemblée nationale en compagnie de son collègue député Sylvain Gaudreault, responsable du développement régional, le représentant de la circonscription de René-Lévesque a répété que le projet de loi menace l’accessibilité des citoyens à l’information et la pérennité des journaux locaux.

«Les médias écrits sont encore ceux qui rejoignent le plus grand nombre de citoyens, particulièrement en région et en milieu rural. À l’avenir, les citoyens vont devoir chercher eux-mêmes l’information sur les sites Internet des municipalités», a déploré Martin Ouellet.

Selon lui, les avis publics vont devenir des «avis de recherche» pour les citoyens puisque personne aujourd’hui, n’a le réflexe de consulter les sites Internet des municipalités.

Ce n’est pas gratuit

Le député ne manque pas de rappeler qu’Internet n’est pas un service gratuit. Il est insensé, selon lui, de penser à faire payer les citoyens pour avoir accès à l’information sur leur municipalité.

Martin Ouellet et Sylvain Gaudreault ont également insisté sur l’impact négatif que le projet de loi représenterait pour les médias écrits, rappelant qu’ils traversent déjà une période difficile en raison des changements technologiques.

«Du jour au lendemain, une source de revenus appréciable pour les médias locaux et un service public essentiel disparaitront. Par cette seule décision, le gouvernement libéral compromet financièrement le maintien d’un nombre considérable de salles de presse régionales», a renchéri le député de Jonquière.

Le représentant de René-Lévesque a conclu en mentionnant que les avis publics dans les journaux représentent 0,05 % des budgets municipaux et que «pour informer les citoyens, c’est très peu». Il espère que le gouvernement reculera, et ce, pour «une question de présence et de diversification de l’information en général dans les régions du Québec».