Nutashkuan : un projet de pêche pourrait créer 80 emplois

Nutashkuan : un projet de pêche pourrait créer 80 emplois

Mactre de Stimpson

Crédit photo : Table bioalimentaire Côte-Nord

Les Innus de Nutashkuan et deux autres nations autochtones ont formé un partenariat avec une entreprise de pêche canadienne, dans l’espoir de mettre la main sur un nouveau permis pour la mactre de Stimpson. Le projet pourrait créer jusqu’à 80 emplois dans la communauté.

Pêches et Océans Canada a reconfiguré l’accès à la pêche de la mactre de Stimpson. Il souhaite en favoriser les bénéfices sociaux ainsi qu’économiques aux communautés côtières et autochtones. Dès 2018, il offrira un quatrième permis pour l’espèce, qui représentera 25% du total des captures autorisées pour l’année.

Les Innus du Québec, les Mi’gmaq du Nouveau-Brunswick et les Innuits du Sud du Labrador se sont regroupés pour former un partenariat avec l’entreprise de pêcheries Ocean Choice International.  Ensemble, ils espèrent obtenir ce nouveau permis.

Le projet du groupe prévoit la construction d’un bateau-usine de quelque 70 mètres de long. Pour le fonctionnement du navire d’environ 65 millions $, une équipe de 80 travailleurs serait requise. On y transiterait annuellement 10 000 tonnes de mactre de Stimpson.

Dans leur proposition soumise à Pêches et Océans, on indique que chacun des partenaires serait directement propriétaire de la licence, du navire et de l’usine de transformation. Cette façon de faire assurerait le maintien du contrôle autochtone dans le partenariat.

«La capacité de commencer immédiatement et de participer à tous les secteurs, y compris la pêche, la transformation et la commercialisation, est vraiment unique », a souligné Françis Ishpatau, vice-chef du Conseil de bande de Nutashkuan.

Autres propositions

Un important volet de formation des travailleurs et des gestionnaires est également prévu dans l’entente. Les partis disent avoir basé leur projet sur la «durabilité des ressources» et des «pratiques de récolte responsables».

Le groupe précise que les bénéfices du partenariat seraient redistribués dans l’ensemble des Maritimes et du Québec, ainsi que dans chacune des communautés des partenaires autochtones.

Le Conseil de bande de Nutashkuan comprend 1 200 personnes. Il détient déjà une quinzaine de permis pour différentes espèces du golfe Saint-Laurent, dont le crabe des neiges, le homard, le pétoncle, le maquereau et le poisson de fond.

Pour sa part, Ocean Choice International est une entreprise exploitée et détenue par les membres d’une même famille. Il s’agit de l’une des principales entreprises canadiennes de pêche, de transformation et de commercialisation de poissons et de fruits de mer. Elle possède des bureaux de vente partout dans le monde.

Au moins deux autres groupes auraient déposé des propositions au gouvernement pour obtenir le permis de mactre de Stimpson. La réponse du gouvernement fédéral est attendue dans les prochains mois.