Des nuages de papillons à Sept-Îles et Port-Cartier

Des nuages de papillons à Sept-Îles et Port-Cartier

Les papillons de la tordeuse des bourgeons de l'épinette ont surpris plusieurs Septiliens au réveil.

Crédit photo : courtoisie

Des nuages de tordeuse des bourgeons de l’épinette sont arrivés cette nuit dans la région de Sept-Îles et Port-Cartier.

Les scientifiques de Ressources naturelles Canada ont observé une quantité impressionnante de papillons de tordeuse des bourgeons de l’épinette dans la région, sur les radars météo, dans la nuit de mardi à mercredi. Les nuages se déplaçaient vers l’est de la Côte-Nord. L’insecte pourrait aussi être observé en Minganie.

En cette période épidémique, les chercheurs tentent d’établir s’il y a un lien entre leur déplacement et la défoliation des années subséquentes. Les larves de la tordeuse font du ravage en se nourrissant de sapins et d’épinettes. Si la situation se reproduit plusieurs années d’affilée, on peut observer une perte de volume, voir même la mortalité chez certains arbres.

Dans l’éventualité où les papillons observés sur les radars seraient des femelles, cela pourrait avoir un impact sur la végétation de secteurs comme Sept-Îles et Port-Cartier qui sont généralement moins affectés par la tordeuse.

«Tout dépend de qui va se déplacer. Si ce sont des femelles porteuses d’œufs, on pourrait s’attendre à ce qu’elles laissent des œufs sur place après leur migration», a dit Yan Boulanger, chercheur en écologie forestière chez Ressources naturelles Canada.

Observation quotidienne

Le bleu et le vert représente les nuages de papillons de tordeuse en direction de Sept-Îles observés sur les radars météo.

Depuis le début de l’été, des déplacements massifs du papillon sont observés de manière plus importante qu’à l’habitude au Québec.

«On en voyait au cours des années précédentes, mais cette année, c’est pratiquement quotidien depuis le début juillet», a illustré M. Boulanger.

La semaine dernière, Produit forestier Résolu a même dû arrêter les opérations 24h à la Scierie des Outardes, en raison de la présence envahissante de papillons de la tordeuse. Yan Boulanger recommande d’ailleurs aux gens qui seraient incommodés par la présence massive du papillon aux alentours de leur résidence d’éteindre les lumières extérieures pour la nuit, afin d’éviter d’en retrouver une quantité importante au réveil.

Au final, il faudra attendre au moins jusqu’à l’an prochain pour que les scientifiques puissent bien évaluer l’impact de ces déplacements de nuages de papillons observés au cours de la période estivale.